Menu

CarnavalPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Sitam apprend que son mal est incurable…il est « scléreux »…il a eu tendance à fuir ceux qui partage son existence… "je profite des trajectoires hasardeuses. Je ne fais d’ailleurs plus partie des précis."

cher connardPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / De toutes parts, on nous assure qu’il s’agit là de la sensation de la rentrée littéraire d’août- septembre 2022. Mieux : il faudrait s’en étonner. Parce que « Cher connard », le nouveau roman de Virginie Despentes, est en tête des ventes depuis sa sortie, le 17 août dernier… Certes, l’auteure de 53 ans et arrivée dans le monde des livres en 1993 avec le sulfureux « Baise-moi » n’avait rien publié depuis cinq ans et le troisième tome de sa saga « Vernon Subutex » (1,5 million d’exemplaires vendus pour ses trois tomes et une adaptation pour une série télé) mais le lancement de ce « Cher connard » a été parfaitement marketé- à l’exemple de ce qu’on avait pu connaître dans un récent passé avec les romans de Christine Angot (« Le Voyage dans l’Est, août 2021) ou encore Michel Houellebecq (« anéantir », janvier 2021). Grasset, l’éditeur parisien, a entretenu le mystère, envoyé le livre en avant-première à quelques journalistes censés être favorables à l’auteure et sélectionné celles et ceux de la presse qui auront la possibilité, voire le privilège de poser questions à cette Virginie Despentes qui ne manque pas une occasion de rappeler que, timide, elle n’apprécie guère le jeu des interviews.

nothombPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / C’est une (belle ?) tradition. Depuis trente ans et la parution de « Hygiène de l’assassin » en 1992, l’écrivaine belge Amélie Nothomb, 56 ans, se glisse à chaque rentrée littéraire d’été tout autant sur les rayonnages des libraires que sur les têtes de gondoles des grandes surfaces commerciales.

bressanPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Nous voici prévenu.e.s ! Merci Martin Scorsese, le grand « Marty », le réalisateur de, entre autres, « Taxi Driver », « Raging Bull », « Gangs of New York » et « Le Loup de Wall Street », qui nous a glissé : « Elle est inépuisable- sa personnalité, son érudition, son esprit brillant et, avant tout, bien sûr, son humour ». D’autres assurent qu’il s’agit là de « la femme la plus drôle des Etats-Unis », de l’héritière d’une autre Américaine, Dorothy Parker (1893- 1967), poétesse et scénariste réputée pour son humour caustique, ses mots d'esprit et le regard acéré qu'elle posait sur la société urbaine du 20ème siècle. Des propos confirmés par la lecture de « Pensez avant de parler. Lisez avant de penser » de Frances Ann Lebowitz, dite Fran Lebowitz et née le 27 octobre 1950 à Morristown, New Jersey. Anthologie de ses textes paru originellement en 1994 sous le titre « The Fran Lebowitz Reader », elle nous arrive enfin en VF. On a là, en un seul volume, deux textes de l’auteure américaine : « Metropolitan Life » (1974) et « Social Studies » (1981). Dans un avant-propos à l’édition originale, elle précise : « J’implore le lecteur contemporain- cette figure solitaire- d’aborder ces modestes essais dans le même état d’esprit que celui qui a présidé à leur conception, en les prenant pour ce qu’elles se voulaient au moment de leur parution initiale, et pour ce qu’elles sont plus encore aujourd’hui : des textes relevant du domaine de l’histoire de l’art… »

Les valseusesPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / D’entrée, le ton est donné. En première page, six lignes pour des mots qui se bousculent sur un rythme effréné. « On est des cons. On a commencé par piquer une bagnole, comme ça, juste histoire de faire, parce qu’on savait quoi faire. Le samedi, on sait jamais quoi faire. Le dimanche non plus d’ailleurs. Le cinéma ça nous emmerde, les filles sont connes et puis faut du blé, et on en a pas ».

oiseauxPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Au Québec, dans la région de l’Estrie, un petit village Ham-Sud est le théâtre d’évènements graves : une pollution atmosphérique aux origines inconnues contamine les hommes et les animaux…

motelPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Le couple se déchire…l’homme va quitter Camille… "Nos espoirs se transforment en regrets, nos déceptions en aigreur. Nous étions devenus l’un pour l’autre la raison de notre échec." Il veut se reconstruire et part aux Etats-Unis poursuivre son métier de journaliste et susciter sa vocation d’écrivain. « Je voulais parcourir le continent d’un bout à l’autre, m’arrêter ici ou là, pour un jour, un mois, et m’en aller sans prévenir, à la faveur de la nuit, rouler sans fin et écrire, écrire, écrire. » En Arizona, en traversant le désert de Sonora en bus, il va croiser le regard troublant d’une femme derrière une fenêtre…une vision, un mirage? Il va poser ses valises sans raison, sans explication… « j’avais enfin trouvé à Cevola un lieu pour écrire. » Dans le « Motel Valparaiso » il va peut-être comprendre ce pourquoi il est venu. « Ce n’était pas une femme que j’avais cru voir aux limites de la ville, c’était la ville elle-même qui m’avait envoûté, que j’avais prise pour une femme. » 

ernauxPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Elle dit et écrit : « Rien ne me fait peur en écriture ».

la menace 732Par Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Les dernières élections présidentielles ont été le théâtre de débats tendus, agressifs, violents…les réseaux et les services secrets russes ont irrigué la toile et les médias de fausses informations, d’images tronquées…

max toppardPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Le 9 septembre 1899 naquît à Arras Maurice Taupard. Il vit quelques années dans un phare où il se révèle talentueux pour le 7ème Art.

jauffretPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com / Bienvenue chez les dingues, les paumés… et tous les autres ! Pour guide de ce jour (et de tous ceux qui suivront), Régis Jauffret, 66 ans, en littérature depuis 1985 avec un roman (« Seule au milieu d’elle ») et une pièce de théâtre (« Les Gouttes »), un sacré loulou qu’on a même, un temps, vu jouer dans un film pour le cinéma et entendu chanter « Petite salope »…

faussairePar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Jean-François Millet le peintre de « L’Angélus », des « Glaneuses » et d’une œuvre immense tient une place importante dans notre patrimoine culturel : »pour Millet, l’art est souffrance, sacerdoce. Vivre dans le dénuement et dans la misère, vivre en reclus, pas d’amusement, pas de distraction, pas de plaisir. »

bayardPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Steglitz, au sud-ouest de Berlin, est un quartier paisible, commerçant, bourgeois…Leni y passe une vie insipide, incolore, avec Ivan son mari architecte.

bartabasPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Peut-être, lors d’une vie antérieure, il fut centaure- cette créature de la mythologie grecque, mi-homme, mi-cheval, dont la plus célèbre était Chiron, immortelle et chargée de former les jeunes héros. Peut-être, depuis qu’à la sortie de son adolescence il a acquis son premier cheval, il a eu sa première interrogation- à laquelle il n’a toujours pas la réponse : « Jamais je n’ai vraiment su quel animal j’étais »…

Sous-catégories


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal