Menu

danse Par Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ La 42e édition se tiendra du 17 juin au 3 juillet 2022 avec un programme teinté d’engagement et d’humanisme, célébrant l’exode, l’itinérance et l’accueil.

cygnesPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Le Lac des cygnes, depuis sa création, a l’habitude des remaniements ; Angelin Preljocaj s’inscrit dans cette dynamique audacieuse et propose au public un conte moderne dans lequel le sorcier Rothbart et le père de Siegfried veulent s’associer pour construire une usine au bord du lac des cygnes qui exploiterait un gisement d’énergie fossile…

vollmondPar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Programmée dans le cadre de la saison de Montpellier Danse, la pièce créée en 2006 par la dame du Wuppertal est saisissante de lyrisme et de prouesse technique.

bal de parisPar Victor Waque - Lagrandeparade.com/ « Le bal de Paris » n’a rien à voir avec les spectacles que vous aurez expérimentés auparavant. Vous entrez dans une petite salle, nue, sombre. Murs noirs. Sol noir. Lumière faible. On vous demande gentillement d’enfiler une tenue de laser game. Puis d’attendre, debout.

foliaPar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Il fallait oser mélanger le hip hop et les tarentelles italiennes : Merzouki l’a (brillamment) fait !

sanouPar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Le chorégraphe burkinabé proposait « D’un rêve » en clôture de Montpellier Danse, spectacle à corps et à voix qui réveille l’irrépressible désir de liberté.

DeleuzePar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Le chorégraphe lie Gilles Deleuze et Jimi Hendrix dans sa dernière création présentée à Montpellier Danse.

C’est ce qu’on peut appeler une association improbable.

transversePar Justina Zilyte - Lagrandeparade.com/ De l'ombre à la lumière, les  géniales métamorphoses du plasticien de renom Dimitris Papaioannou rendent à la réalité sa part de mystère, d'incongruité et de fantasme le temps d'un spectacle.

noitaPar Victor Waqué - Lagrandeparade.com/ Du 21 au 28 juin 2021, La Place organisait une semaine chorégraphique intitulée « En corps ! ». Au programme, des spectacles magnifiques et des workshops pédagogiques ! C’est ici l’occasion de présenter les deux spectacles joués au Forum des images.

danse Par Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Le célèbre festival montpelliérain annonce son édition 2021 du 23 juin au 16 juillet, faite de reprogrammations, de nouvelles créations et de cinéma. La billetterie est ouverte !

À l’heure où, pour la deuxième année consécutive, beaucoup de festivals estivaux jettent l’éponge, Montpellier Danse fait de la résistance ! Pourtant, Jean-Paul Montanari, son inénarrable directeur, reste tiraillé entre prudence et enthousiasme : « Le festival ne démarre qu’en juin, on a tout le temps d’avoir de mauvaises nouvelles ou peut-être, d’en avoir de très bonnes ! »

D’ici là, le directeur a dû « additionné » les spectacles « en stock » de l’édition 2020 – dont une partie a tout de même pu être montrée cet automne – avec les nouvelles créations. « Une sorte de métonymie du chaos général » selon lui, comme cette affiche représentant un drôle d’individu aux membres mastiqués, imbriqués et désordonnés : une « chimère » qui « a imposée l’histoire désordonnée de ce Montpellier Danse ». On peut aussi y voir une nécessaire métamorphose, à l’image de « Transverse Orientation » de Dimitris Papaioannou, spectacle protéiforme et sculptural annoncé comme un des temps forts de cette édition 2021.

Parmi les reprogrammations : Christian Rizzo (En son lieu), la Batsheva Dance Compagny, Fabrice Ramalingom (Frérocité), Sharon Eyal et Gai Behar (Chapitre 3), Arcadi Zaides (Necropolis) ou encore la chorégraphe canadienne Daina Ashbee (cinq « petits » spectacles au total)… « 40% des spectacles viennent de la 40ème édition », précise Montanari.

De la danse et du cinéma !

Le festival reste fidèle à ses fidèles, notamment avec Angelin Preljocaj qui « aime réserver à Montpellier Danse ses expérimentations ». C’est dans cette catégorie qu’entre sa prochaine création associant une conférence du philosophe Gilles Deleuze et la guitare de Jimi Hendrix !

Parallèlement, Rachid Ouramdane, récemment promu à la direction du Théâtre National de Chaillot, donnera le coup d’envoi du festival. Son travail sur les corps extrêmes, en extérieur, sera « une très jolie ouverture », promet le directeur. Pour la clôture, Jean-Paul Montanari assure « un couronnement » : une « comédie musicale » signée Salia Sanou. « D’un rêve » s’inspire du célèbre discours de Martin Luther King. Musique signée Lokua Kanza, paroles de Gaël Faye. Spectacle qui servira également d’ouverture au sommet Afrique-France organisé à Montpellier du 8 au 10 juillet.

Notons enfin que Montpellier Danse lance cette année « Cinémagora » avec une programmation découpée en trois thématiques : « la vitalité du cinéma africain » (toujours en écho au sommet Afrique-France), « cinéma et liberté » (des œuvres d’artistes empêchés ou emprisonnés à cause de leur art) et « cinéma et danse » (œuvres à trait à l’histoire de la danse).

Montpellier Danse
Du 23 juin au 16 juillet 2021
Informations et réservations : www.montpellierdanse.com

 

hugoPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Des confidences à la radio : « On est tous nés avec une forme de bourgeon en soi, qui éclot ou non ». Ou encore : « La danse est le moteur de ma vie depuis que je suis tout petit ». A 27 ans, Hugo Marchand est l’une des étoiles de la nouvelle génération de la danse française- il a commencé la danse à 9 ans après avoir pratiqué la gymnastique, et en 2017, à 24 ans, il est devenu danseur étoile du ballet de l’Opéra national de Paris. L’un des plus médiatiques, aussi- dans la lignée de grands prédécesseurs, de Patrick Dupond à Nicolas Le Riche, en passant par Kader Belarbi, Eric Vu-An ou encore Manuel Legris… Normal dès lors qu’une maison d’édition, Arthaud en l’occurrence, le contacte pour qu’il raconte. Sa passion ; son parcours du Conservatoire de Nantes à l’Opéra de Paris en passant par l’Ecole de danse de l’Opéra ; le monde de la danse et ses coulisses ; les heures interminables de travail au sol, à la barre, les sauts… Gabarit atypique (1m92 !) chez les danseurs, Hugo Marchand a d’abord été dubitatif, puis a accepté de « mettre en lumière mon art à travers un livre ». C’est « Danser », un texte de confidences, de choses vues, d’autres vécues ; c’est une plongée dans un monde implacable avec ses règles, ses codes, ses lois…

wahadaPar Edith Huguet - Lagrandeparade.com/ Abou Lagraa a créé une brillante chorégraphie sublimement interprétée par le Ballet du Grand Théâtre de Genève, intitulée WAHADA (La Promesse en arabe), inspirée par le chef d'oeuvre de Mozart "La Messe en ut mineur".

LovetrainPar Julie Cadilhac- Lagrandeparade.com/ LOVETRAIN2020 se présente comme une « comédie musicale contemporaine » autour des chansons du groupe anglais Tears for Fears. Tous ceux qui connaissent le travail du chorégraphe Emanuel Gat savent déjà que son travail se nourrit des spécificités de ses danseurs et de leurs interactions lorsqu’ils improvisent en répétitions. Cette pièce chorégraphique délicieuse ne dément pas son talent de « chorégraphe de la collectivité » mais donne à voir également des solos, duos ou trios de belle facture.

kader attouPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Comme toujours avec Kader Attou, l’on est emporté dans une envolée chorégraphique à la pêche entraînante.


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal