Menu

gaudiPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Avant de filer en bord de Seine jusqu’au musée d’Orsay à Paris, on se rappelle les mots réunis dans un texte titré Paroles et écrits : « Je m’appelle Gaudí, avec l’accent sur la dernière voyelle ; c’est une parole qui dérive du latin ‘’gaudere’’ qui signifie jouir, pour moi il s’agit du plaisir que me procure l’amour que j’ai pour ma profession ».

depardonPar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ L’exposition événement est à voir jusqu’au 24 avril 2022 au Pavillon populaire de Montpellier. Entrée libre et gratuite.

RougePar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ À Montpellier, l’Hôtel des collections du MO.CO. accueille « L’épreuve des corps », saisissante exposition immersive à découvrir jusqu’au 13 février 2022.

   gautiler Par Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Longtemps, il fut surnommé « l’enfant terrible de la mode »- il s’en amusait. Il s’en amuse toujours. A bientôt 70 ans (en avril prochain), après avoir présenté en 2019 le « Jean Paul Gaultier Fashion Freak Show » aux Folies Bergère à Paris ou encore son dernier défilé haute couture en janvier 2020, Jean Paul Gaultier explique vouloir s’offrir de nouvelles aventures.

othonielPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Il se présente créateur de beauté. On dit qu’il a fait le choix de la liberté. Un jour, il a expliqué que « réenchanter la vie est un acte poétique et politique ».

cartierPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Derrière la gare Saint-Lazare à Paris en 1932, un homme saute par-dessus son reflet dans l’eau. Un photographe est là, il fixe l’événement sur la pellicule- il s’appelle Henri Cartier-Bresson, on le surnommera plus tard « le maître des images à la sauvette », et ce jour-là, il a réalisé un cliché qui demeure parmi ses plus fameux.

séraphinePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Lancinante, la voix commente : « J’ai bien connu Séraphine. Je crois que j’ai le droit de parler un peu d’elle avec une certaine tendresse. C’est en 1924, elle passait souvent vers midi place Henri-IV. A cette époque, Séraphine était une paysanne d’environ 58 à 60 ans, de taille moyenne, robuste, avec un visage ridé constellé de taches de rousseur. Elle était chaussée de souliers d’homme, très propres. Sa jupe était très curieuse. C’était une jupe longue, noire… Elle refusait de parler de son art, elle disait : « La peinture, c’est ma vie, c’est la lumière. Pour vivre, il faut que je fasse des ménages »… »

blanquetPar Victor Waqué - Lagrandeparade.com/ La Halle Saint-Pierre ré-ouvre ses portes ! Elle nous invite à entrer dans le monde fantasmagorique de Stéphane Blanquet, artiste touche à tout, à la fois dessinateur, metteur en scène, plasticien, défenseur d’un art underground et de ses « sous-cultures ». Nous pénétrons dans son monde avec fascination.

L’exposition monographique « Dans les têtes de Stéphane Blanquet », nous immerge dans le labyrinthe réflexif de l’artiste. Chaque virage nous fait prendre la tengente sur le réel.

blanquet

Première pièce à gauche, entrée dans la boite cranienne de son inconscient. Des sculptures immobiles se reflètent les unes les autres dans des miroirs qui se répondent dans une obscurité entrecoupée d’éclairs de lumière où s’accumulent nos songes, nos souvenirs, nos espoirs... Virage à gauche et nous voilà entourés de nus, photographies où les corps transpirent de malsains désirs dans un kaléidoscope ténébreux.

blanquet

Le chemin sinueux de l’exposition, boucle dans laquelle le spectacteur choisit sa propre trajectoire, nous mène vers de grandes tapisseries réalisées à partir d’un tissage brillant aux couleurs vives hallucinatoires. A leurs côtés, des lithographies chargées de détails, des sculptures qui explorent une âme embourbée dans des questions existentielles. Un univers coloré, vif, éclatant, organique, sexuel dans lequel le monde prend vie dans la moiteur des corps qui partout apparaissent. Chaque medium raconte le corps et ses significations. La fragilité des organes et leur potentiel de putréfaction qui dégoulinent depuis un estomac béant, l’exhubérance des sexes qui naissent au creux de chaque paysage, hymne au désir.

 blanquet

 

Au second étage l’exposition « Tranchée racine » regroupe une trentaine d’artistes invités par Stéphane Blanquet. Des frères d’art, bercés par la même racine d’une création underground. Chacun, avec sa sensibilité, ne parle de rien d’autre que de ce même bouillonnement qui court au tréfond de chaque être.

Deux expositions qui s’enroulent autour d’un même univers, d’une cause commune, celle de créer et de penser hors cadre.

hasanul

 

DANS LES TÊTES DE STÉPHANE BLANQUET
JUSQU’AU 2 JANVIER 2022

TRANCHÉE RACINE
19 MAI 2021 AU 2 JANVIER 2022

RENCONTRE – SIGNATURE
STÉPHANE BLANQUET
DIMANCHE 13 JUIN À PARTIR DE 12H30
HALLE SAINT PIERRE – À LA LIBRAIRIE
ENTRÉE LIBRE

La Halle Saint-Pierre ( 2 Rue Ronsard, 75018 Paris - Téléphone: 01 42 51 10 49) 

jaky

bruno

OOsPar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Pour sa réouverture, jusqu’au 30 mai 2021 et gratuitement, l’Hôtel des collections du MO.CO. propose de rattraper « 00s – Les années 2000 », toute première exposition consacrée à cette décennie. C’est aussi une des collections d’art contemporain les plus importante d’Europe : la « Collection Cranford » de Muriel et Freddy Salem regroupe 700 œuvres dont 80 sont actuellement exposées à Montpellier.
Pour parler de cette exposition, nous avons rencontré Muriel Salem en présence d’Anne Pontégny, conservatrice de la collection Cranford et de Vincent Honoré, directeur des expositions au MO.CO.

miamPar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Le Musée International des Arts Modestes de Sète (MIAM) rouvre ses portes le 4 juin prochain : l’occasion de célébrer son 20ème anniversaire avec Forever MIAM et Psychédélices, deux expositions événements.

garoustePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / En cet hiver finissant, en ce printemps naissant, il pratique la double présence. Avec élégance, toujours. Un livre- « Vraiment peindre », une exposition parisienne- « Correspondances ». C’est Gérard Garouste, 75 ans depuis le 10 mars passé ; on le connait graveur, sculpteur et surtout peintre. On le connait aussi pour avoir confié un jour, dans un bel ouvrage joliment titré « En chemin » : « Je dessine ce qui me passe par la tête, cela vient naturellement en dehors de tout contrôle intellectuel, c’est une quête de plaisir. Tout ce qu’il y a de bon dans mes dessins, c’est ce qui n’a pas été décidé. Le dessin est là. Le principe, c’est de ne pas avoir de règle, sauf celle de ne pas perdre mon carnet que j’ouvre à chaque fois qu’une idée me traverse l’esprit ». Gérard Garouste, c’est « l’intranquille »- titre de son livre-confidences autobiographiques paru en 2009.

pompeiPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / En ces temps de confinement, on nous a proposé du sport en version électronique. Normal, le sport traditionnel- excepté en Biélorussie et en Australie avec le football australien (mix de foot et de rugby), a tiré le rideau… et les parieurs en ligne sont en manque. Les amateurs de concert pop-rock, d’opéra, de danse ou de théâtre, tout comme… Et envisager une sortie pour l’achat d’un livre, on oublie puisque les librairies sont fermées.

plaquePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Le saviez-vous? L’Université de Médecine de Montpellier est la plus ancienne école universitaire de médecine du MONDE.

louboutinPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com / Une porte de Paris, à l’est. Pas loin il y a le bois de Vincennes. Et là, il y a ce bâtiment imposant, beige avec ses colonnes grises. On le dit et nomme Palais de la Porte-Dorée, dans le 12ème arrondissement parisien. Là, il y a en cet hiver- printemps une exposition parmi les plus étonnantes et importantes du moment : « Christian Louboutin. L’Exhibition(niste) ». Oui, une expo toute consacrée à un créateur de chaussures, un homme aux semelles de vent- surtout, cet artiste qui pose sa signature sous les pieds des dames avec une semelle rouge. La fameuse signature Louboutin !


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal