Pauline

Au soleil couchant : le filtre du passé et la vérité cruelle du présent

Écrit par Félix Brun Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : lundi 29 janvier 2018 22:12 Affichages : 1289

couchantPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Issu d’une famille modeste et d’un quartier pauvre, Park Minwoo est devenu un architecte de renom qui a contribué notamment à la construction de projets d’envergure à Séoul. Sa réussite est incontestable ; alors qu’il se rend au chevet d’un ami d’enfance, ses souvenirs rejaillissent, d’autant plus qu’il est contacté par Cha Soona, une femme qu’il a côtoyée alors qu’ils étaient enfants et adolescents. « Avec le temps, on filtre les choses, on les déforme, on les rejette. Et même la petite quantité qu’on garde finit par rester enfermée dans le grenier de la mémoire, comme autant d’objets vétustes et sans utilité. »

Dans les quartiers populaires de Séoul, il était impératif de s’imposer, de se faire respecter ; la violence régnait, pour essayer de survivre. Pour cela Park Minwoo s’est arraché de ce milieu. 

Les souvenirs que je conserve de cette période sont différents de ceux qu’ont gardé les gens qui habitaient là. Les miens, ce sont surtout des souvenirs des interventions qui ont rayé d’un trait leurs propres souvenirs.


Park Minwoo s’interroge sur les conséquences, sur la portée des projets immobiliers, de l’architecture et de l’urbanisme sur la vie des gens, leurs racines sociales et culturelles : "L’architecture devrait se montrer attentive à reconstruire la vie des gens en respectant leur mémoire et non pas à la détruire. Il est clair aujourd’hui que ce rêve, nous avons échoué à le réaliser."
Hwang Sok-yong va bâtir son roman sur le parallèle de deux vies diamétralement différentes, de deux êtres issus du même quartier, de la même catégorie sociale, de la même tribu, nous faisant découvrir une société coréenne en pleine mutation, des paysages urbains profondément restructurés souvent au bénéfice de la corruption et toujours au détriment des populations défavorisées, obligées de fuir leurs misérables habitats, et leurs attaches.
Un très beau roman sur le temps, l’origine sociale, la culpabilité, empreint de sincérité, de nostalgie et de repentance. L’écriture est délicate, simple et poétique. Un immense écrivain, un grand moment de lecture. 

Mais qu’avons-nous fait de mal, comment avons-nous fait pour donner à nos enfant un pareil destin ?

Au soleil couchant
Editions : Philippe Picquier
Auteur : HWANG Sok-yong
Traduction : traduit du coréen par Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet
Prix : 17,50€