Menu

metamorphosesPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Paris, le Second Empire. L’effervescence de la révolution industrielle et scientifique a bouleversé la société, ses équilibres, ses valeurs tant morales que politiques. C’est dans ce contexte que les sociétés secrètes prospèrent dans la clandestinité et le mystère. Un jeune garçon vient solliciter l’assistance de Stanislas Andrrej, jeune scientifique qui joue au détective histoire de subvenir à des fins de mois délicates ; Marie, la sœur du gamin, a disparu…et la police a tout simplement classé l’affaire, considérant qu’il s’agit d’une fugue. Il est de notoriété publique que des jeunes femmes disparaissent sans laisser de traces…ou bien réapparaissent mortes, émergeant de la Seine, parfois mutilées ou curieusement découpées !

Lire la suite : Les Métamorphoses 1858 : une énigme sombre et passionnante !

jessiePar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Il y des guerres oubliées, ou occultées…en particulier celle commencée en 1937 avec l’appétit hégémonique du Japon sur les territoires de la Chine, de l’Indochine, des Philippines et de la Malaisie.

Lire la suite : Le livre de Jessie : Japon, Corée...une guerre oubliée !

crossaroadsPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Tous deux nés dans les années 60, issus de deux univers créatifs différents, Paco Roca et José Manuel Casañ ont eu envie, un soir où ils partageaient un moment convivial arrosé de plus, de confronter leurs expériences respectives d’artiste. Ensemble, ils ont essayé de définir les points communs et les divergences entre le Rock et la BD.

Lire la suite : Crossroads : Paco Roca et José Manuel Casañ, notes et vignettes en questions

AmourPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Les grands-parents d’Iris ont fui voici 80 ans le régime de Mussolini pour se réfugier en Argentine. En 2013, Iris revient à Verezzi et s’installe dans la maison familiale avec Ismail son compagnon. Elle est dessinatrice et Ismail, d’origine syrienne, enseignera l’arabe et la calligraphie. Ils se sont rencontrés en Syrie au cours d’un voyage que la jeune argentine avait entrepris avec sa meilleure amie…Ismail doit retourner préalablement dans son pays, s’affranchir de problèmes administratifs et matériels, et surtout revoir ses parents.

Lire la suite : Amour minuscule : un mirifique et puissant roman graphique

ClèvesPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Ah…les affres de l’amour! Mademoiselle de Chartres et son extrême droiture dans le mariage, le Prince de Clèves et son amour inconditionnel pour son épouse qui le conduira à la consomption mortelle par jalousie, Monsieur de Nemours et sa furieuse envie de conquérir le seul objet qui lui résiste...et tant d’autres personnages victimes et/ ou acteurs de ce sentiment complexe qui évoluent à la cour, forment une galerie de personnages enthousiasmants qui font du roman d’analyse sentimentale, La Princesse de Clèves, un trésor de la littérature française.
Rappelons que le roman prend pour cadre la vie à la cour des Valois « dans les dernières années du règne de Henri Second »...c’est ce qu’indique, dans l’adaptation de Claire Bouilhac et Catel Muller, l’auteure elle-même à son confident François de la Rochefoucault dans un prologue se déroulant dans le château de Parangon en 1672. Ce livre narre comment Mademoiselle de Chartres, jeune fille de 16 ans, arrive à la cour du roi Henri II, de quelle manière le prince de Clèves tombe amoureux d'elle, et la non-réciprocité immédiate de ce sentiment. Pourtant Mademoiselle de Chartres, honnête, sage et obéissante, accepte le choix de sa mère et ils se marient. Elle tombe ensuite amoureuse du duc de Nemours, mais, innocente et désarmée face à ces émotions nouvelles qui l’ébranlent et consciente que leur amour serait illégitime, puisqu'elle est mariée, elle met tout en oeuvre pour éviter de le croiser. Ce qui attise davantage le désir du jeune prétendant, habitué à être aimé de tous les sujets féminins. Afin donc de mettre une barrière efficace entre elle et le duc, la Princesse se retire de la cour et avoue sa passion à son mari. Ce dernier en meurt de chagrin. Madame de Clèves, pétrie d’un sentiment vif de culpabilité, décide alors de se retirer dans un couvent.

Lire la suite : La Princesse de Clèves : la remarquable adaptation en BD d'une héroïne au féminisme aussi discret...

Herbier sauvagePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ L’herbier sauvage en est à son deuxième opus. Le principe reste le suivant : Fabien Vehlmann rencontre des femmes et des hommes ordinaires qui acceptent d’échanger avec lui autour de la sexualité et de l’érotisme. Les entretiens restent anonymes et…comme le précise l’auteur : « Je leur précise que je ne porterai aucun jugement moral sur leur sexualité, que celle-ci soit exubérante, spectaculaire ou au contraire routinière, voire même absente. Et que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, je ne suis pas forcément en quête « d’extraordinaire ». »

Lire la suite : L’herbier sauvage : la délicate collection de confessions érotiques de Fabien Vehlmann s'agrandit!

NoirePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Montgomery, sud des Etats-Unis. Milieu du XXème siècle. Voilà que l’on nous invite à nous mettre dans la peau de Claudette Colvin, une jeune adolescente noire qui vit dans un monde où la ségrégation n’a pas encore été abolie. Dans cette petite ville, par exemple, il y a des boutiques interdites aux noirs. Et dans les bus un protocole doit être respecté afin que les blancs et les noirs n’aient surtout pas à partager un même rang ensemble. Le 2 mars 1955, pourtant, Claudette Colvin, du haut de ses 15 ans, refuse de céder sa place à une passagère blanche. Neuf mois avant Rosa Parks, elle devient la première femme noire à plaider no-coupable et à poursuivre la ville en justice…

Lire la suite : Noire : le destin oublié d'une des premières femmes à s'être battues contre la ségrégation

fourrurePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Graz, Autriche, 1872. L’écrivain Leopold von Sacher-Masoch ravit autant que scandalise avec son roman à succès « La Vénus à la fourrure ». Lors d’une lecture dans un salon, il reçoit le billet d’une jeune femme bien décidée à s'emparer du rôle de Wanda tel qu’il est décrit dans le livre.

Lire la suite : L’homme à la fourrure : toute la vérité sur Leopold von Sacher-Masoch

White SpiritPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Pascal est…un petit con. Autant vous le dire tout de suite. Bobo blasé parisien - qui couche en secret avec son fantasme du lycée - qui est maquée - ce qui lui donne une bonne excuse pour briser le coeur de celles qui lui tiennent compagnie faute de mieux, sa vie n’a rien de passionnant et son flegme rivalise avec son appétence à distribuer des réflexions désagréables.

Lire la suite : White Spirit : un roman graphique bizarroïde à l’humour décapant

montagne invisiblePar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/  Zach est un ancien boxeur et un ancien taulard après un casse qui n’a pas très bien tourné et…il est devenu professeur de philosophie ! Nina s’intéresse à ce parcours atypique, et, charmée, tombe dans les bras et le lit de Zach…

Lire la suite : La montagne invisible : un roman graphique captivant

Das Feuer Par Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ La Grande Guerre, celle qu’on avait qualifiée de dernière…La guerre dans toutes ses horreurs, son indicible cruauté, celle qui touche toutes les nations, tous les hommes, sans distinction de couleur de peau, de religion, de profession, bien qu’ "Il y a peu de riches qui risquent leur figure aux créneaux." L’atrocité avec tout ce que ce mot représente…le bruit des canons et de la mitraille, chocs incessants, assourdissants…déchirants et mutilants les corps…dans la boue, "Le grand dédale des boyaux gluants glissants une pâte à consistance visqueuse."… "Ce cloaque, c’est la matrice universelle. La mère qui nous absorbe et nous accouche." Un gouffre de grisaille, de fer, de pluie, de bourbier, de barbelés, de brouillard, d’humidité, de souffrances, de sang, de mort ! « Pleurant, hurlant, déjà moribonds, on sait qu’on ne sortira pas de là. Personne ne sortira de là » … "Nos corps anéantis respirent ou se décomposent." Une terre et des paysages défigurés, des visages émaciés, gris, des yeux exorbités de peur, de fatigue, d’effroi. Ici côté allemand, le sentiment, la conscience universelle qu’ "Il faut tuer la guerre, en commençant par celle qui est en nous."

Lire la suite : Das Feuer : l’horreur de la Grande Guerre d'après Le Feu d'Henri Barbusse

polypPar Julie Cadilhac – Lagrandeparade.fr/ Peut-être ne devrait-on pas commencer par citer autrui pour appuyer son propos mais un peu de licence dans les conventions a parfois du bon. D’Asterios Polyp, The New York Times Book Review a dit: "Un divertissement éblouissant à la construction magistrale". A la lecture de cette si élogieuse citation sur la quatrième de couverture, on peut se demander si les éditions Casterman n’ont pas exagéré la qualité du produit en espérant attraper un certain nombre de poissons qui goberaient à l’hameçon de l’accroche et paieraient sans regarder les quelques trente euros nécessaires. Eh bien non! Ce serait presque une litote! Asterios Polyp est un roman graphique qui mérite une pluie d’éloges tant pour son scénario que ses personnages, tant pour ses mots que pour son graphisme. La critique est unanime ( voir plus bas la liste de ses récompenses).

Lire la suite : Asterios Polyp : une monumentale métaphore de la vie…

normauxPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Frances est embauchée comme assistante juridique dans un cabinet d’avocats prestigieux. C’est une jeune femme responsable, intègre et bosseuse qui semble promise à une belle carrière tant on lui assigne très vite de nombreuses responsabilités.

Lire la suite : Ce que font les gens normaux : le portrait croisé de deux jeunes amies dans le tourbillon moderne

La tête dans les nuagesPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/  Cincinnati aux Etats-Unis ; Seth Fallon a passé quatre années au « Collège of Art and Design » et termine son diplôme, quatre ans à étudier et à dessiner des portraits… En cette fin d’étude le directeur de sa filière, Monsieur Kaiser, lui sert la question fatidique, celle qui tue : "quel est l’intérêt, s’il en est, de la peinture figurative à l’ère du numérique ?"

Lire la suite : La tête dans les nuages : comment vivre de son art ?

Sous-catégories


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal