Menu

Romans français

La succession : « Il ne faut jamais se tromper de vie »

  • Écrit par Félix Brun
  • Affichages : 2037

SuccessionPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Comme dans une majorité des livres de Jean-Paul Dubois le personnage principal s’appelle Paul ; dans les premières pages de ce nouveau roman, Paul Katrakilis a 28 ans et vit à Miami, dans cette Floride où il est joueur professionnel de pelote basque, et vend modestement ses talents à un cercle de paris sportifs. Grâce à ce sport qu’il pratique depuis son enfance, grâce à « Nervioso » son ami, et son chien « Watson », Paul est heureux. "Je prenais chaque jour comme un bonheur simplifié, une redevance de la chance." Il jouit simplement de l’instant présent, de la lumière et de la beauté du monde, de l’amitié, de la fidélité. Paul est médecin "non pratiquant" : il a prêté le serment d’Hippocrate mais n’a jamais exercé. Paul, en fait, est un réfugié, il a fui une famille extravagante, où le suicide est une hérédité, enfermée dans des secrets jamais dévoilés, des relations ambigües entre sa mère et son oncle…un grand-père ancien médecin de Staline qui conserve comme une relique une tranche du cerveau du "Petit Père des Peuples" dans un bocal de formol….tous se sont suicidés !

Lire la suite...

Violette Leduc : la femme au petit renard ou la poésie de la privation

  • Écrit par Catherine Verne
  • Affichages : 2236

Violette LeducPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Dans ce court texte dense, l'écrivaine dresse moins un portrait qu'elle ne rassemble les fragments épars d'une identité fêlée, celle d'une mendiante parisienne. Il y a là plus de l'approche cinématographique que de la fixité picturale et il y a, surtout, du poème en prose.

Lire la suite...

Les producteurs : la plume joueuse et jubilatoire d'Antoine Bello

  • Écrit par Catherine Verne
  • Affichages : 1923

Les producteursPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Le lecteur retrouve dans ce dernier tome de la trilogie son héros, Sliv, remontant les manches pour sortir le Centre de Falisification d'une ornière: une sacoche renfermant des dossiers secrets a été oubliée par un agent sur la banquette arrière d'un taxi... La boulette qui va mettre en branle-bas tous les étages du siège, des secrétaires aux boss de toutes sections. Incroyable? Et pourtant, ce sont des choses qui arrivent: vous papotez, vous rêvassez, bercé par le roulis du taxi ou la jolie nuque du chauffeur et hop vous voilà en deux deux trottinant sur un trottoir le coeur léger et... la main vide: oups! mais où ai-je donc laissé ma mallette top secret que tous les malfrats de la terre, CIA comprise, se ligueraient bien pour me la chourrer en mode mission GI Joe et qu'on ne me croira pas si je raconte que j'ai tout simplement compromis toute une organisation par un instant, que dis-je, une micro-seconde, de distraction en sortant d'un taxi?

Lire la suite...

Stefan Zweig : deux nouvelles exquises à déguster en ces après-midi d'automne

  • Écrit par Catherine Verne
  • Affichages : 1689

ZweigPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Le présent ouvrage comprend deux nouvelles extraites du deuxième Tome de "Romans, nouvelles et récits" disponible aux Editions Gallimard. Dans la première, "Un homme qu'on n'oublie pas", Stefan Zweig met à l'honneur les valeurs humaines de respect et de don en la personne d'un héros peu commun, Anton. Anton est un citoyen vivant chichement mais qui n'est pas économe de gentillesse et d'honnêteté envers son prochain. Il rend mult menus services à la population d'une petite ville, en échange de quoi ses propres besoins trouvent toujours satisfaction. Modeste, il se contente de peu et incarne un idéal économique basé sur la confiance. Une fable idéaliste illustrant très joliment l'humanisme de Stefan Zweig. Lire la suite...

Un enfant plein d'angoisse et très sage
 : le roman décapant et incontournable de Stéphane Hoffmann

  • Écrit par Catherine Verne
  • Affichages : 7629

HoffmannPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Décapant et donc incontournable, le roman de Stéphane Hoffmann s'inscrit dans la lignée subversive de la littérature de qualité, celle qui fait date et assoie un style. La justesse de ce dernier récompense à elle seule l'effort de la lecture, s'il en est, car c'est de vif plaisir qu'il s'agit vraiment ici du début à la fin. L'histoire que sert cette plume très sûre, est terrifiante de simplicité et de violence: la négligence d'un enfant par ses deux  parents, pire son rejet affiché, ou la haine de tout ce qu'il représente pour ses géniteurs, fort agréablement occupés ailleurs. Lire la suite...

Amélie Nothomb : un Riquet à la houppe qui ne manque pas de panache!

  • Écrit par Julie Cadilhac
  • Affichages : 2321
Riquet à la houppePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Paris. A quarante-huit ans, Enide tombe enceinte pour la première fois, provoquant la joie de son époux Honorat. Pourtant, lorsque Déodat nait, même sa mère ressent de l'épouvante face à ce "bébé-vieillard" au physique répugnant. Cependant, très vite, il apparaît qu'il était pourvu d'autres qualités non négligeables :  " l'enfançon avait cette forme supérieure d'intelligence que l'on devrait appeler le sens de l'autre. L'intelligence classique comporte rarement cette vertu qui est comparable au don des langues : ceux qui en sont pourvus savent que chaque personne est un langage spécifique et qu'il est possible de l'apprendre, à condition de l'écouter avec la plus extrême minutie du coeur et des sens. C'est aussi pour cela qu'elle relève de l'intelligence : il s'agit de comprendre et de connaître. Les intelligents qui ne développent pas cet accès à autrui deviendront, au sens étymologique du terme, des idiots : des êtres centrés sur eux-mêmes. L'époque que nous vivons regorge de ces idiots intelligents, dont la société fait regretter les braves imbéciles du temps de jadis". Déodat grandit, choyé par ses parents, surprenant de sensibilité. A l'école, il fait preuve de courage et d'une distanciation étonnante de maturité vis à vis de ses camarades qui ne l'épargnent point...et puis à l'adolescence, il devient sans n'y rien comprendre un séducteur patenté. Son étrangeté fascine...jusquà ce qu'il réalise que l'étude des oiseaux est une activité bien plus aisée qu'une femme amoureuse à comprendre... Lire la suite...

La danse des vivants : une réflexion sur l'identité et la manipulation

  • Écrit par Catherine Verne
  • Affichages : 1932
La danse des vivantsPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ À la fin de la première guerre mondiale , un jeune français atteint d'amnésie se retrouve instrumentalisé comme espion. Considéré comme tombé pour la France,  il endosse  le patronyme  d'un Allemand décédé pour infiltrer les rangs adverses. Mais les doutes d'un officier à son sujet vont lui rendre la tâche malaisée.  L'intrigue de ce roman d'action historique est l'occasion pour Alain Rault d'une réflexion sur l'identité et la manipulation. On y souligne volontiers quelques passages remarquables décrivant les scènes de guerre, les pratiques  psychiatriques de l'époque pour traiter l'amnésie, ou les délibérations de Clemenceau, Lloyd George, Wilson et Orlando au Crillon sur de la dernière opérette parisienne et le traité de paix avec l'Allemagne. Lire la suite...

Florent Oiseau : un jeune talent perfectible

  • Écrit par Guillaume Chérel
  • Affichages : 2288

Je vais m'y mettrePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Toujours se méfier des 4e de couverture. Voici ce qu’on peut lire à celle de « Je vais m’y mettre », premier roman de Florent Oiseau : « Fred, la petite quarantaine, surfe sur l’écume des jours. Après des années à enchaîner jobs alimentaires et périodes de chômage, il a renoncé à faire carrière. Il passe désormais ses journées à dormir, manger des Knacki devant les émissions de Sophie Davant et boire des demis au bistrot du coin en attendant l’amour. Jusqu’au moment où il découvre qu’il arrive en fin de droits, et que ses maigres allocations disparaîtront bientôt. Il n’a plus le choix : il doit s’y mettre. Un emploi salarié ? Il n’en trouvera pas. Mais des ennuis, oui. Fred, par paresse ou naïveté, a une fâcheuse tendance à se laisser glisser dans les embrouilles… ».

Lire la suite...

Capitaine frites : un roman poétiquement barré d'Arnaud Le Guilcher

  • Écrit par Nicolas Bodou
  • Affichages : 2333

Capitaine fritesPar Nicolas Bodou - Lagrandeparade.fr/ « Regarder les trains qui passent, quand on n’est pas chef de gare, ça permet de se faire une idée assez juste de l’infini… » Lire la suite...

Tropique de la violence : l’archipel des laissés pour compte

  • Écrit par Guillaume Chérel
  • Affichages : 1980

Tropique de la violencePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Le prix Patrimoines a ouvert la saison en décernant sa récompense à Nathacha Appanah pour « Tropique de la violence » (Gallimard), le lundi 19 septembre dernier. Doté de 5 000 euros, offerts « généreusement » par la BPE, une filiale de la Banque postale, ce nouveau prix littéraire a vocation à sacrer un roman de la rentrée littéraire « qui dit le monde tel qu’il va et porte un regard solidaire sur la société ».

Lire la suite...

Sporting Club : une ville intemporelle et indolente en "Sérénity blue"!

  • Écrit par Félix Brun
  • Affichages : 2162

Sporting clubPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Camille, réalisateur de cinéma distingué, d’un âge certain, « monarque déchu », a projeté avec le narrateur de « Sporting Club » une série d’entretiens en vue de publier un recueil sur son œuvre et son existence ; mais peu enclin à se soumettre à ce genre d’exercice, il se dérobe, fuyant les rencontres, les "séances d’interrogatoires". « C’est dans cette attente incertaine et propre à la rêverie que j’échafaudais des échappatoires à mes déconvenues avec Camille, des plans sans lendemain dont l’exécution et la faisabilité m’importaient finalement moins que leur conception. » Il mène une vie paisible à mi-chemin entre l’anxiété, la nonchalance, l’apathie ; « ma fréquentation assidue au Sporting étant plus la conséquence de mon désoeuvrement que le fruit d’une réelle ambition sportive. »

Lire la suite...

Le jour se lève et ce n’est pas le tien : inconcevable hérédité…imprévisible filiation !

  • Écrit par Félix Brun
  • Affichages : 2550

Frédéric CoudercPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ La Havane 1959, la révolution cubaine en pleine effervescence : "Fidel noyant le poisson dans des tornades de rhétorique, des discours fleuve, sa marque indélébile d’où ne surnageaient que les concepts fourre-tout de paix et de justice", alors que Raoul flirtait et "correspondait avec les soviétiques". Dolorès fille d’un homme d’affaire proche des milieux du dictateur Batista, vit une passion amoureuse avec Camilio Cienfuegos, un des plus célèbres barbudos, plutôt modéré et anticommuniste, très proche de Castro…il disparait mystérieusement le 28 octobre 1959 !

Lire la suite...

La valse des arbres et du ciel : une très belle incursion de la fiction romanesque dans l'histoire de l'impressionnisme

  • Écrit par Catherine Verne
  • Affichages : 2021

GuenassiaPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Autobiographie fictive de Marguerite Gachet, la fille du docteur aux bons soins de qui on confiera un jour Van Gogh. L'auteur du roman, Jean-Michel Guenassia, l'a choisie pour narratrice. Une narratrice qui clame d'entrée son intention résolue de ne dire que la vérité sur ce qu'elle a vécu.

Lire la suite...

Le syndrome de la vitre étoilée : journal d'une traversée du désert utérin

  • Écrit par Catherine Verne
  • Affichages : 2178

Syndrome Par Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ La narratrice, Stéphanie, tente de faire un bébé avec l'homme qu'elle aime. Réjouissant, normal, prévisible, anodin. Quoique... L'aventure prend des allures d'épopée aux premiers signaux laissant suspecter une infertilité d'un côté ou de l'autre du couple. Voilà Stéphanie lancée dans l'engrenage des consultations de spécialistes.

Lire la suite...

À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal