Rouge : un roman sombre et violent, à la qualité littéraire indéniable, qui ne vous lâchera pas avant la dernière page

Écrit par Sylvie Gagnère Mis à jour : dimanche 5 juillet 2020 21:30 Affichages : 373

RougePar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Malombre. Triste hameau battu par les vents, cerné par Bois Sombre et encerclé par les loups. C’est là que survit, plus qu’elle ne vit, Rouge. La malheureuse est rejetée à cause de sa difformité physique : une grande tache rouge qui recouvre la moitié de son visage. Sa mère est morte en la mettant au monde, après avoir passé ses dernières semaines complètement folle – possédée par Satan, disent les villageois. Il se raconte aussi que nul ne doit la toucher, au risque de finir comme elle : contaminé par le Mal. Elle dort dans les écuries et subit railleries, humiliations et souvent violence. Son propre père la rejette. Seul le Père François et le jeune Liénor lui octroient un peu de sympathie et de compassion. Lorsque survient son premier sang, les villageois sont aux anges : conformément au pacte maudit qui les lie à Grand-Mère, la sorcière qui vit au cœur de la forêt, l’adolescente doit s’engager dans les bois et rejoindre Grand-Mère. Aucune Bannie n’est jamais revenue. Rouge connaîtra-t-elle la paix, ou un sort pire que la mort ? Peu leur importe, tant ils ont en horreur la Cramoisie.

On pourrait se croire dans un conte, avec ce personnage dont la couleur cramoisie rappelle celle du Petit Chaperon Rouge, le panier de victuailles qu’elle doit amener à Grand-Mère, et même les loups qui l’escortent. Mais c’est un conte cruel et très sombre que nous propose Pascaline Nolot. Un récit où il ne faut pas se fier aux apparences, où la beauté cache la noirceur de l’âme, où la bonté peut n’être que de façade, alors que la laideur dissimule naïveté et douceur. Au fur et à mesure du déroulement de l’intrigue, grâce à des flash-back très maîtrisés, la véritable histoire de Rouge se tisse, tandis que se dévoilent les noirs secrets des villageois.

L’autrice aborde des thèmes forts : le respect de soi et des autres, le harcèlement, le viol, les superstitions absurdes qui assignent un être à son aspect. Elle le fait avec beaucoup de force, de violence parfois – certaines scènes sont difficiles à supporter. Son héroïne passe par toutes les émotions, rage, déception, désespoir, impuissance, colère, pour essayer de se (re)construire. Pour cela, il lui faut apprendre qu’une victime est une victime, qu’elle n’est ni responsable ni coupable de ce qu’on lui fait subir. Le récit n’épargne pas la jeune fille, et pas plus le lecteur. C’est noir, violent, et pourtant aussi poétique. Le personnage de Rouge est émouvant, l’intrigue particulièrement bien menée, le style recherché mais prenant.

La fin est à l’image du roman : surprenante! Ne vous fiez pas aux apparences, restez ouvert, acceptez la différence. Rouge est un conte cruel, sombre, mais d’où émerge la lumière, quand la vérité surgit enfin. La résilience est au cœur du récit, un récit parfois insoutenable, aux accents féministes et profondément humanistes.

Rouge
Autrice : Pascaline Nolot
Éditions : Gulfstream
Collection : Électrogène
Date de sortie : 20 mai 2020
Prix : 17,00 €
À partir de 15 ans