Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Juste la fin du monde : Jean-Luc Lagarce et la difficulté à communiquer

Écrit par Catherine Verne Catégorie : Théâtre Mis à jour : mercredi 22 janvier 2020 15:39 Affichages : 505

Juste la fin du mondePar Catherine Verne - Lagrandeparade.com/ Quand la famille lagarcienne se donne en spectacle, des images parlent à des images. Et chacun de se raconter inlassablement des histoires. Sur cette scène théâtrale, il semble impossible de communiquer ce qu’on souhaitait exprimer : le verbe trahit plus qu’il ne rend claires les pensées, la parole tombe à côté des sentiments, l’intériorité en un mot échoue à se retourner en extériorité, condamnée à se dénaturer au douloureux passage. D’où, de part et d’autre des personnages, voire en aparté, de lourds efforts ingrats pour dire ce qui immanquablement résiste à la formulation. Pourtant le héros revenait à la maison natale avec quelque chose d’important à annoncer aux siens, rien moins que sa mort prochaine, « juste la fin du monde » en somme. Mais personne, de sa sœur à son frère en passant par sa propre mère ou sa belle-sœur, personne n’y entend vraiment quoi que ce soit qui fasse sens. Pourtant ce n’est pas faute d’écouter, de tendre l’oreille et tout son être vers un lien impossible à créer, une étreinte qui toujours se dérobe, une intimité interdite qu’on ne cesse de réclamer, avec avidité, voire colère, et surtout sans vouloir jamais être méchant. On connaît le style de Jean-Luc Lagarce, qui est comment dire ? tout en répétition, retour, réflexivité souffrante et désorientée. Appliqué au thème de l’affect viscéral propre au nid familial, milieu opaque et codifié par excellence, il opère sans concession. La parole lagarcienne décidément manifeste la séparation comme horizon de tout désir de l’autre. Pour mettre en scène cette irréductible incommunicabilité entre les personnages de la pièce, l’auteur n’avait pas indiqué de directive, ne recourant à aucune didascalie en rédigeant son texte. Il incombe ici à Jean-Charles Mouveaux d’inventer comment transmettre cette littéralité au public présent en salle. Le choix s’est porté sur une dynamique laborieuse des corps, rappelant la solitude existentielle de chacun, quand bien même on s’évertue sur l’espace scénique à croiser la trajectoire de l’autre, à l’approcher en le fuyant, à presque l’embrasser tout en achoppant sur la surface de la chair. Aux comédiens de relever le défi de dérouler leurs monologues heurtés et de relancer mille tentatives avortées d’échanger. Signalons à ce titre la prestation remarquable de Philippe Calvario dans le rôle d’Antoine, le frère amer du fils prodigue de retour. Le comédien habite avec ce qu’il faut de rage inconsolable le rôle du cadet sacrifié à la loyauté familiale que son aîné a impunément transgressée. Le décor quant à lui se limite à un miroir, l’alignement de chaises, un entrelacs de tables à tiroirs, venant confirmer qu’il s’agit bien de parler de soi, de la place de chacun et de l’hermétisme entre eux des niveaux de langage.

JUSTE LA FIN DU MONDE
Texe :  Jean-Luc Lagarce
Mise en scène :  Jean-Charles Mouveaux
Avec : Vanessa Cailhol, Philippe Calvario, Jil Caplan, Jean-Charles Mouveaux, Chantal Trichet

Dates et lieux des représentations: 

- Le 18 janvier 2020 au Théâtre Jacques Coeur de Lattes ( 34)