Menu

RencontrePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/  L’idée est bonne. Le 28 juillet 1988, la Comédie Française donnait une représentation privée du Mystère de la Charité de Jeanne D’Arc, de Charles Péguy, devant le pape Jean-Paul II, dans les jardins de Castelgandolfo, au Vatican. Antoine Vitez vient juste d’être nommé Administrateur Général du Premier Théâtre National de France. A l’issue de la représentation, le pape est présenté à la troupe et, contrairement au protocole qui prévoyait son départ rapide, Jean-Paul II s’attarda au milieu des acteurs, entamant de multiples conversations générales et particulières sur le spectacle, la théologie de Charles Péguy, l’art dramatique. Jean-Philippe Mestre, alors journaliste, a enregistré quelques-uns de ces échanges. Lui vint alors le projet d’imaginer un dialogue virtuel entre Vitez le communiste et le pape… polonais.

Lire la suite : Vitez/Jean-Paul II ou le Débat virtuel entre le Saint Pape et un garde rouge de la raison…

poupée sanglantePar Xavier Paquet - Lagrandeparade.fr/ 1923. Plongée au cœur du Paris des années folles. Sur l’île St Louis, des femmes disparaissent mystérieusement, laissant planer la menace d’un tueur en série rodant dans la capitale. Dans cette ambiance pesante, Christine, fille d’un horloger mariée au savant Jacques Cotentin, ne se satisfait plus de Gabriel, son automate mécanique aux allures humaines dont elle se lasse du manque d’âme. Ce manège est observé depuis sa fenêtre par Benedict, relieur à l’esprit fin et sensible et à la laideur repoussante, qui n’ose approcher les femmes....jusqu’à ce que Christine lui propose de venir travailler avec lui : Benedict se retrouve alors précipité dans une fresque dont il va être l’acteur mais aussi la victime. Au gré de rebondissements multiples, parmi les vampires, savants, jeunes femmes et marquis, cet homme, qui se meurt d’amour, est il un ange romantique ou un démon psychotique ?

Lire la suite : La poupée sanglante : une très belle comédie musicale

AmantsPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Drôle, jubilatoire, rythmée et intelligente, les adjectifs utilisés par la critique sont fort élogieux pour qualifier la pièce Amants à mi-temps, mise en scène par Jérôme Paquatte et créée à Paris en 2015. Avec plus de 300 dates et 15000 spectateurs à son actif, cette pièce de boulevard narre les chassés-croisés amoureux entre Vincent, marié et patron d'entreprise, instintif et bourru par nature, Christian, marié et prof de philo à la Sorbonne, un intellectuel et Patricia...qui est la maîtresse des deux et partage sa semaine entre eux d'une manière très organisée! 

Lire la suite : Amants à mi-temps : "Très souvent, au théatre, ce sont les hommes qui ont des maitresses..."

Le petit chaperon rougePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Crédit-photo: Elisabeth Carrechio/ Si Charles Perrault déguisait les résonances psychanalytiques de ses contes derrière un phrasé élégant destiné ( au départ) à l'adulte, Joël Pommerat choisit la langue naturelle et spontanée des enfants.Il est question d'une petite fille, bien qu'avertie des monstres que la forêt dissimule, désireuse de prouver à sa maman qu'elle est assez grande pour en braver les dangers. La présence de Freud rôde dans chaque tableau de cette pièce avec finesse et délicatesse mais si Joël Pommerat ôte au Chaperon la naïveté pudibonde dépeinte par Perrault, il n'en supprime pas la magie et la légèreté propre à son âge. . Est-ce à dire qu'au XXIème siècle les enfants savent davantage qu'ils jouent à des jeux dangereux mais qu'ils sont aussi peu armés qu'avant lorsque la nature les y précipite ?

Lire la suite : Le petit chaperon rouge de Joël Pommerat: une pièce parée de lumière et de poésie

Hansel et GretelPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Il était une fois...un conte totalement revisité par une compagnie pétillante et riche en couleurs, musique, sons et images. Dans cette version espiègle, Hansel et Gretel sont des magiciens immigrés russes à la retraite qui, poussés par la nécessité, habitent chez leur fils Jacob, lui-même sans travail, dans une vieille caravane perdue dans un terrain vague. Finie l'époque du succès à la télé, du strass et des paillettes, l'heure est à la disette...surtout qu'en plus, à " Pôle Emploi", Jacob ne convainc pas...Alors on se serre la ceinture et l'on n'est pas si malheureux que ça...jusqu'à ce que le fils rencontre dans la forêt la mystérieuse Barbara aux lunettes de soleil vissées sur le nez. Très vite, cette dernière incite Jacob à abandonner ses parents dans la forêt..." Jacob, il faut regarder la vérité en face : ils ont fait leur temps."

Lire la suite : Hansel et Gretel : une version décalée et moderne de la compagnie La Cordonnerie

SolitudePar Elsa Reynal - Lagrandeparade.fr/ Le proverbe kurde « La solitude est le nid des pensées » aurait pu être le titre de cette pièce tchèque qui nous plonge dans les divagations intérieures de Hanta, ouvrier d’une usine à papier. Ses longues journées, face à sa broyeuse, sont rythmées par les ouvrages censurés qu’il y jette, sans relâche. Ivrogne et répugnant, il est instruit malgré lui : les livres s’imposent dans son quotidien, et il les lit, les feuillette et les aime, seuls moments de répits dans son travail aliénant. Il parvient même à en sauver quelques-uns de leur destruction certaine et les cache chez lui, créant ainsi un véritable mausolée de livres interdits. Envahi de références littéraires, son discours est émaillé d’évocations qui vont du Talmud à Lao Tseu, jusqu’au jour où le rendement de sa machine n’est plus suffisant. Alors dépossédé de son travail, il ne lui reste plus qu’à rejoindre ses livres qu’il chérit tant… Ce texte, écrit en 1976 par Bohumil Hrabal dénonce clairement le totalitarisme et le progrès effréné de l’après-guerre. Mais ici, l’Homme s’affirme face à la barbarie de la société et la rejette sans ménagement et avec poésie. On comprend alors sans peine que cette pièce fut d’abord jouée clandestinement à Prague.

Lire la suite : Une trop bruyante solitude : une performance qui mêle à la perfection le grotesque et le sublime

ChomagePar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Le rideau s'ouvre sur une agence de Pôle Emploi dans le quotidien tranquille et ordinaire d'Anisette Cuche, la seule "employée" des lieux. Elle reçoit les demandeurs d'emploi à son guichet quand soudain surgit un forcené prêt à tout faire sauter pour ... obtenir du boulot. Même à prendre en otage toutes les personnes présentes, parmi lesquels s'est égarée la très chic femme du maire , parachutée à mille lieues de son planning shopping du jour.

Lire la suite : Chômage O désespoir : un braquage burlesque à souhait !

MaladePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Quelle déception à la sortie de ce Malade Imaginaire! Il y avait pourtant matière à produire une récréation théâtrale attrayante, à commencer par la présence dans la distribution d'André Marcon en Argan et de Norah Krief en Toinette. Les premières scènes sont cependant pataudes, manquent d'énergie et de rythme et accumulent les clichés avec une lourdeur consternante : l'intermède avec le faux accent italien de Polichinelle est risible, la belle-mère et le notaire ont un jeu digne d'une mauvaise comédie de boulevard et l'on ne détecte aucune originalité de mise en scène dans ce Malade Imaginaire qui trouve un certain succès auprès du public parce qu'il joue d'effets potaches et bénéficie d'un dramaturge qui,à lui seul, empêche la pièce de s'effondrer dans la bêtise.

Lire la suite : Le malade imaginaire : une comédie qui divertit peu

Jeremy JamesA La Grande Parade, quand on aime, on ne compte pas! C'est donc en duo que nos chroniqueurs ( one boy, one girl - la parité est de mise) sont partis découvrir le one-man-show de Jeremy James qui s'est joué tous les lundis du 21 septembre 2015 au 27 juin 2016 à la Comédie des 3 Bornes. Un succès inconstestable dont on ne désespère pas de vous proposer ici bientôt de nouvelles dates!

Lire la suite : Jérémy James aurait voulu : les confessions drolatiques d'un autodidacte aux multiples talents

HirschPar Alexia Becker - Lagrandeparade.fr/ C’est dans une salle comble, sur une scène à peine éclairée que nous découvrons Mickaël Hirsch. A le voir arrivé en tee-shirt blanc et baskets claires, on s’attend à un énième one-man-show...et pourtant le spectacle de Mickaël Hirsch est bien différent.

Lire la suite : Mickaël Hirsch : un show où les mots prennent tous leurs sens

Entre deuxPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Terminer une saison du Printemps des Comédiens avec le spectacle de la compagnie L'Autre Théâtre est toujours une émouvante manière de célébrer, non sans un pincement au coeur, la fin d'un festival si cher aux montpelliérains qui conjugue excellence de la programmation, cadre bucolique superbe, volonté de partage et convivialité! Car si le Printemps, cette année, pour son trentième anniversaire, a reçu sous sa pinède James Thierrée, Joël Pommerat, Peter Brook, Georges Lavaudant, Nicolas Bouchaud ou encore Simon Mc Burney, il a donné, comme à l'accoutumée, l'occasion de (re)découvrir le talent d'artistes ( comédiens, metteurs en scène, circassiens..) de la région et mis en avant les travaux des étudiants de l'université Paul Valéry et du cirque Balthazar ainsi que des plus jeunes avec Le Printemps des Collégiens.

Lire la suite : Entre deux : une conclusion au Printemps à la simplicité et la poésie d'une estampe japonaise

Don QuichottePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/  Tout le monde a entendu parler du chef d’œuvre de Cervantès, bien entendu, mais soyons francs, combien ont lu « Don Quichotte » ? C’est un plongeon dans l’histoire, sur le ton de la parodie des romans de chevalerie qui nous est proposé avec le spectacle « Farce épique ». Au moment où « Don Quichotte », de Cervantès, fête son quatre centième anniversaire, il fallait oser s’attaquer au mythe.

Lire la suite : Don Quichotte de la Mancha, au Lucernaire, c’est comme on veut…

Le bourgeoisPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ "Ah! la belle chose que de savoir quelque chose", s'exclame M. Jourdain devant son maître de philosophie. Réflexion naïve mais ô combien révélatrice de la frustration d'un être qui souhaiterait s'arracher à ce qu'il est  et dont chacune des tentatives s'achève par un naufrage. M.Jourdain a des rêves qui le dépassent et dans ses efforts pour les atteindre, il est terriblement touchant.

Lire la suite : Le Bourgeois Gentilhomme : Quand Christian Lacroix habille les gens de qualité

GrenouillePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Il était une fois... Voilà la raison suffisante à baguenauder ensemble entre théâtre, cirque, danse, mime et musique, non? Pourquoi faudrait-il tout expliquer? Les fils de la narration? Ils sont suspendus au dessus du plateau! Ils retiennent une structure kaléidoscopique fascinante, araignée de fer et de lumière, aux humeurs aussi capricieuses que sensibles. Vous les trouverez aussi dans les cordes d'un violon farceur, d'un piano-fantôme ou d'une mandoline ; ils ne cessent pas de raconter en portées ce qui se trame - encore faut-il comprendre la musique!

Lire la suite : La Grenouille avait raison : un conte magnétique aux interactions merveilleuses


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal