Les Utopiales 2019 : quatorze nouvelles aux univers très différents, pour explorer le thème coder/décoder

Écrit par Sylvie Gagnère Catégorie : Science Fiction & Fantasy Mis à jour : mercredi 22 janvier 2020 15:25 Affichages : 826

utoppialesPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Cette année, les Utopiales avaient pour thème coder/décoder, un processus essentiel aux relations sociales, au rapport à l’autre, à la vie, tout simplement. Les quatorze nouvelles de ce recueil explorent le code dans toutes ses déclinaisons : informatiques, biologiques, sociétaux, politiques, juridiques… ainsi que le besoin vital de décoder. Christian Léourier, dans Une faute de goût, s’essaie à la gastronomie diplomatique, ou comment l’art culinaire peut établir des ponts entre espèces différentes, ou tout aussi bien les rompre. Bien mené, pimenté d’humour, c’est un récit savoureux qui ouvre l’anthologie. Neurostar de Jacques Barbieri se penche sur les bassesses des ultra-riches, prêts à tout pour leur plaisir. Un texte à la chute particulièrement exquise ! Olivier Paquet, dans Impulsion naturelle, utilise un chat siamois-robot pour évoquer les désirs d’émancipation d’une I.A. Le scénario est adroit et l’accroche réussie. Les disparus de Valoria de Sylvie Denis est d’une facture classique, mais l’histoire est parfaitement menée, embarquant le lecteur dans le cyberespace où des pirates se servent d’enfants pour miner de la cryptomonnaie. Un texte qui fait froid dans le dos… Tade Thompson offre avec Bicycle girl, un récit complexe, mêlant trame politique, machine quantique, mondes parallèles. Le ton, presque plat, accentue la violence de certaines scènes et laisse planer une atmosphère étrange, quasi déstabilisante, mais accrocheuse. Changement de registre avec Ophélie Bruneau et La grande course au noyau mémoire, une narration au rythme trépidant et à la chute tout à fait savoureuse ! Nicolas Martin, avec Le cruciverbiste, rend un vibrant hommage à ces artistes des mots, en brossant le portrait de l’un d’entre eux, viré sans ménagement, obsédé par une curieuse mélopée qui le mènera (et mènera le monde) à sa destruction. Inconnue à cette adresse est un titre qui évoquera pour beaucoup de lecteurs le superbe texte épistolaire de Kressman Taylor. Non sans raison, puisque Silène Edgar revendique cette réécriture, par l’évocation d’une France (peut-être pas si) future, où la montée d’un totalitarisme abject fait froid dans le dos. Les échanges dévoilent petit à petit les rouages de l’oppression, et la fin est particulièrement glaçante. Politique encore avec Jean-Laurent Del Socorro et Les femmes du congrès dansent aussi, en hommage – très réussi – à Alexandria Ocasio-Cortez, femme politique née dans le Bronx, qui a remporté la primaire démocrate de la 14e circonscription de New York, en 2018. Saupoudrée d’humour, bourrée de références, la nouvelle se lit avec grand plaisir. L’anthologie se clôt sur une novella de Claude Ecken, La promesse du monstre, ou la rencontre de deux personnalités hors du commun : un chercheur accusé d’avoir saboté une expérience cruciale de son employeur, et une psychologue chargée d’évaluer son profil pour son procès. Un texte ardu, très scientifique, mais également très centré sur la psychologie des personnages, qui fait sa force.

Les Utopiales 2019 Anthologie officielle 2019
Auteurs/ices : Christian Léourier, Jacques Barbéri, Olivier Paquet, Sylvie Denis, Mel Andoryss, Tade Thompson, Ophélie Bruneau, Jo Walton, Michael Roch, Nicolas Martin, Silène Adgar, Jean-Laurent Del Socorro, Ada Palmer, Claude Ecken
Éditions : Actusf
Parution : 8 novembre 2019
Prix : 15 €

Les Utopiales Jeunesse : pour les jeunes lecteurs, une sélection de textes de qualité !

Utopiales – 2018 : une anthologie de textes SF remarquable, par sa diversité et ses qualités