S'enfuir : réclusion forcée en bichromie au coeur du Caucase

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Roman graphique Mis à jour : jeudi 2 février 2017 23:22 Affichages : 1978

EnfuirPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Personne n'ignore, depuis son Fauve d'or en 2012 pour "Chroniques de Jerusalem", que le montpelliérain Guy Delisle maîtrise le genre de la bd documentaire. Son dernier ouvrage, "S'enfuir", tente de retracer - avec pour seule source les souvenirs de la victime  - la période de captivité qu'a endurée Christophe André, alors responsable des finances et de l'administration d'une ONG médicale dans le Caucase et qui fut enlevé dans la nuit du 1er au 2 juillet 1997.

Trois mois après le début de sa première mission dans l'humanitaire, il est kidnappé...et ça durera 111 jours. Enfermé dans des lieux aussi vides que clos, n'échangeant avec personne puisque ses ravisseurs ne maîtrisent que leur langue maternelle. Quand les journées sont occupées à regarder une ampoule nue, la main menottée au radiateur et les pieds posés sur son matelas de fortune, il faut une force mentale décuplée pour ne pas sombrer dans la folie. Surtout que Christophe André ne comprend pas pourquoi personne ne semble tenter d'essayer de le sortir de là. Alors il compte les jours, imagine ce qu'il fera lorsqu'il sera libéré et, "fan d'histoire militaire" , il se remémore le déroulé de quelques unes de ses batailles préférées...

Être otage, c'est pire qu'être en prison. En prison, tu sais pourquoi tu es là et à quelle date tu vas sortir. Quand tu es otage, tu n'as même pas ce genre de repères. Tu n'as rien.

EnfuirIl faut tout le talent de Guy Delisle pour restituer une expérience pareille. Raconter un quotidien fait de moments toujours les mêmes ( repas, pause-urinoir, mains détachées, mains re-menottées) où chaque bruit perçu derrière la cloison prend les proportions d'une distraction, chaque goutte de potage versé malencontreusement sur le sol s'imprègne en souvenir marquant, nécessite une humanité intrinsèque. Le graphisme épuré et la bichromie permettent de rendre encore davantage universels les questionnements et les ressentis de Christophe André. Que faire face à l'incompréhensible? Comment réagir face à une adversité qui vous colle au sol et ne vous rend aucun compte? Durant 428 pages, Guy Delisle retrace avec le plus de fidélité possible les souvenirs d'un homme, sans fioriture. L'objectif est atteint : on ressent peu à peu l'angoisse du captif, l'on commence à se mettre à sa place, l'on se demande si l'on aurait le courage ou non de tenter de s'échapper et l'on a l'estomac qui criaille à la vue du sempiternel bouillon...

Je ne sais même pas comment fonctionne un engin pareil. Est-ce qu'il y a un cran de sûreté? Et même si je savais, est-ce que j'aurais assez de détermination pour tirer sur quelqu'un?

Un témoignage en vignettes de grand intérêt où l'on découvre non seulement le courage et la détermination d'un être de convictions mais ou encore l'on apprécie la narrativité d'un auteur de talent.

S'enfuir
Editions : Dargaud
Auteur : Guy Delisle
432 pages
Prix : 27,50€
Parution: 16 septembre 2016

 

S’Enfuir vient d’être publié en espagnol par les éditions Astiberri.

Le blog de Guy Delisle

 

Enfuir