Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Monsieur X : à la grâce de Pierre Richard !

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Théâtre Mis à jour : mercredi 12 février 2020 21:06 Affichages : 1875

richardPar Serge Bressan- Lagrandeparade.com/ Le rideau se lève dans la pénombre. Sur un lit, un homme allongé. C’est le petit matin qui pointe. L’homme s’étire. Une nouvelle journée qui commence. Dans cette pièce à vivre, un lit donc, une table, un évier, un réfrigérateur. De cet homme, on ne sait rien. On ne saura rien. On devine qu’il est sûrement à la retraite dans cet appartement, en haut de l’immeuble. Il envisage de se lever, la lampe fait des siennes. Il s’assoit sur le lit, ça grince- tout d’une vie ordinaire… Cet homme, cheveux et barbe blancs, on l’appellera « Monsieur X », comme le titre de cette pièce écrite et mise en scène par Mathilda May pour Pierre Richard. A 85 ans, il se glisse à nouveau dans un théâtre après avoir dit et illuminé, l’an passé, un merveilleux « Petit éloge de la nuit ».

Cette fois, pendant une heure et vingt minutes, Pierre Richard ne dit pas un mot- juste quelques onomatopées et borborygmes. Présentant « Monsieur X »- sa troisième création après « Open Space » et « Le Banquet », Mathilda May confie pratiquer le « théâtre visuel ». Et d’ajouter : « C’est une histoire que j’écris, avec chaque déplacement, chaque son… Un vrai récit au même titre que si nous avions un texte. L’écriture continue avec le mouvement, il y a une narration et non simplement des évocations, de l’onirisme ou des rêves. Ici, on est dans le monde de Monsieur X, dans un dialogue entre l’illusion et le réel, son imaginaire ou sa réalité ». Celui que quelques plumitifs paresseux continuent d’appeler « le grand blond avec une chaussure noire » dit : « Enfin, je réintègre mon univers avec Mathilda. Celui de Keaton, de Chaplin, de Tati. J’en ai trop dit. Elle me propose de rêver avec elle de tout ce qui ne se dit pas et qui en dit bien plus »… 

Donc, le théâtre visuel- « Il y a beaucoup de mots creux aujourd’hui, j’aime essayer de trouver d’autres façons d’accéder et de se rencontrer. Je mesure dans mes spectacles la force de l’impact du geste. Tout raconte quelque chose : une démarche, une façon de se tenir… » selon Mathilda May. Laquelle a écrit ce seul en scène spécialement pour un Pierre Richard muet, tout en élégance gestuelle, en rire délicat, en poésie étincelante… Dans cet appartement ordinaire, un homme ordinaire. Sûrement à la retraite. Solitaire solaire. Au fil de la journée, il vaque à diverses occupations, parfois il se met au chevalet et se lance dans la peinture d’un tableau- peut-être, à l’image de l’affiche du spectacle, fréquente-t-il l’univers de Magritte… Surtout, la tête dans les nuages, il est pris entre réel et rêve. Les objets se jouent de lui, jouent avec lui (mention spéciale pour les effets spéciaux !)- une bouilloire danse sur la plaque de cuisson quand l’eau est chaude, un livre envoie des volutes de poussière quand Monsieur X tourne les pages, le vent soufflant ouvre une fenêtre… et Monsieur X est tout sourire, tout étonnement. Une musique originale, composée par le trompettiste Ibrahim Maalouf, rythme l’ensemble, cadence des temps joyeux, émouvants, tendres, voire amoureux, magnifie la mise en scène intelligente de Mathilda May. Et accompagne la grâce gestuelle de Pierre Richard, grâce auquel « Monsieur X » est un magnifique hymne au burlesque, à la rêverie, à l’émotion. A la poésie. Il faudrait être fou pour se priver de tout cela !

« Monsieur X». Ecrit et mis en scène par Mathilda May
Avec Pierre Richard.
Musique : Ibrahim Maalouf
Assistante à la mise en scène : Anne Poirier-Busson
Scénographie : Tim Northam
Vidéo : Mathias Delfau
Son : Guillaume Duguet
Lumières : Laurent Béal
Effets spéciaux : Arthur Chavaudret et Allan Sartori
Costumes : Valérie Adda
Accessoires : Amina Rezig, Jean Teske et Antoine Milian
Durée : 1h20.

Dates et lieux des représentations: 
- Jusqu’au 8 mars 2020. Du mardi au samedi, 19h. dimanche, 15h au Théâtre de l’Atelier (1 place Charles-Dullin, 75 018 Paris) - Tél. : 01 46 06 49 24  http://www.theatre-atelier.com

A lire aussi:

Petit éloge de la nuit : magnifique Pierre Richard en mode nocturne