Europunk : quand la littérature (re)devient source de réflexion sur le présent, et sur le futur!

Écrit par Sylvie Gagnère Catégorie : Science Fiction & Fantasy Mis à jour : mercredi 28 août 2019 12:41 Affichages : 1627

europunkPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Les éditions Realities Inc. ont pour credo de croire à « la littérature comme base de réflexion pour notre futur ». Elles ont souhaité, avec l’appel à textes à l’origine de cette anthologie, « proposer un discours sur l’Europe différent, des textes engagés et survoltés ».

Le pari est réussi, sans conteste ! Au fil de neuf nouvelles, ce sont des visions tantôt pessimistes, tantôt pleines d’espoir, ancrées dans la réalité présente, mais se projetant sans tabou dans le futur, qui nous sont offertes.

L’empire de marbre, d’Olivier Boile ouvre le bal avec une Europe où la Grèce, sous la houlette de l’empereur Constantin Dragasès, miraculeusement revenu à la vie, contrôle tout le continent, au grand dam d’une France et d’une Allemagne réduites à mendier. Juste retour des choses, ou volonté de faire comprendre aux puissants d’aujourd’hui qu’ils auraient pu n’être que des sous-fifres ? Voilà en tout cas un texte bien construit, qui ménage ses effets.

La tonalité est beaucoup plus sombre pour Siri mon Amour, Zuckerbook ma Patrie, de Mose Njo, qui réussit le tour de force d’aborder le sujet de la dépendance aux réseaux sociaux et celui du drame de l’immigration, dans un même récit. La nouvelle est très bien écrite, pleine d’émotion, on est au cœur du ressenti du personnage tout au long de la lecture. Un texte fort, qui marque les esprits.

Europe sur la rive, de Sandrine Scardigli, mêle habilement la mythologie et le contemporain, pour célébrer l’espoir d’une révolution par laquelle l’Europe renouerait avec ses rêves et ses valeurs.

99.5 de K.T. offre un récit de science-fiction très élaboré, où des jeunes gens vivent enfermés derrière les murs protecteurs d’une Europe qui s’est préservée lors du grand Bang, en se coupant totalement du reste du monde. Les murs s’ouvriront le jour où les choses iront mieux, là-bas. Et si la protection n’était pas ce qu’elle semble être ? Là encore, on trouve dans ce texte une thématique forte, et un angle original pour l’aborder.

Changement radical de ton avec Punk l’évêque, de Philippe-Aurèle Leroux. L’auteur dynamite (quasi au sens propre) les absurdités des réglementations tatillonnes, en célébrant une plus juste relation à la nature. Une touche de fantasy, un zeste de punkitude, beaucoup de jubilation pour une nouvelle franchement drôle !
Dans Datalove, Romain Jolly nous raconte l’histoire d’une bibliothèque numérique qui va tenter de gagner l’Europe, synonyme de liberté, de démocratie, de vie. De passeur en passeur, pourra-t-elle à rejoindre son ami Admin ? L’auteur parvient à faire d’une entité numérique un vrai personnage auquel on s’attache, et aborde ainsi le douloureux sujet des clandestins, tout en réservant une surprise au lecteur, qui aboutit à une fin très réussie.
Une dernière note d’espoir avec Neoropa, où Erasmus a permis aux jeunes de toute l’Europe de se rencontrer, de rêver ensemble, et finalement de faire souffler un vent nouveau sur la vieille dame aigrie, pour proposer un avenir où naîtrait non plus l’union des états, mais l’union des citoyens.

Europunk
Anthologie
Éditions : Realities Inc.
Parution : 11 mai 2019
Prix : 14 € (papier) 4,99 € (kindle)