Pauline

« Surprends-moi ! » de Sophie Kinsella : la papesse de la « chick lit » est de retour !

Écrit par Julie Cadilhac Mis à jour : mercredi 26 juin 2019 05:58 Affichages : 1351

surprends moiPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Dans une autre vie, elle fut journaliste- sa spécialité : l’économie et la finance. Puis elle est passée à une autre activité : l’écriture. A 49 ans, la Britannique Sophie Kinsella (pseudonyme de Madeleine Wickham) est la « papesse » de la chick lit, cette fameuse « littérature pour poulettes ». En cet été naissant, elle qui a aligné huit volumes de « L’Accro du shopping » (tous best-sellers dans trente-six pays à travers le monde) se glisse à nouveau en librairies avec « Surprends-moi ! » C’est du « feel good book » (du livre qui fait du bien) et l’auteure le revendique sans gêne aucune : « Mon but principal est de donner une bonne expérience à mes lecteurs, de les amuser et de les aider à s’échapper de leurs ennuis. Je veux faire rire les gens, les faire tourner les pages et les satisfaire avec la fin de l’histoire. Je pense que la meilleure comédie vient de la vérité, alors j’explore des problèmes de la vraie vie aussi- mais toujours avec légèreté ». Ainsi, on est embarqué dans le sillage de Sylvie et Dan. Dix ans de vie commune- Sylvie raconte : « Tout commence lors de notre dixième anniversaire de mariage. Qui l’aurait cru ? En fait, je me pose deux questions. Premièrement : qui aurait pensé que tout commencerait un jour aussi mémorable ? Deuxièmement : et d’abord, qui aurait cru qu’on aurait tenu dix ans ? » 

Les deux vivent à Londres, ont un bon job et une belle et spacieuse maison à Londres. Ils sont parents de jumelles parfaites. Leur relation est fusionnelle- ainsi, l’un(e) commence une phrase, l’autre la finit. Soudain, ça bascule. Un rendez-vous chez un médecin. Qui leur annonce que, tous deux, ils vont sûrement vivre centenaires. D’ailleurs, un rapport de l’Institut de la statistique publié en 2011 précise : « Les jeunes d’aujourd’hui ont trois fois plus de chances de devenir centenaires que leurs grands-parents et deux fois plus que leurs parents », et le ministre britannique des Retraites (2010-2013), Sir Steven Webb, en remet une couche : « L’espérance de vie augmente à une vitesse si vertigineuse qu’il nous faut réviser nos prévisions… » Quoi, Comment ? Ça veut donc dire : vivre encore soixante-dix ans ensemble. Soixante-dix, alors pour Sylvie et Dan, ça a des allures d’éternité. Panique à tous les étages : il va falloir entretenir la flamme.
Oui, entretenir la flamme, décident Sylvie et Dan. Ce sera le temps des « Surprends-moi ! » Il y aura donc cadeaux aussi inattendus qu’inespérés, dîners au restaurant ou encore des séances photo gentiment sexy… Il y aura aussi des malentendus, des fous rires- « J’écris des histoires qui proviennent de ce que je vois autour de moi dans le monde- que ce soit un conflit au bureau, le shopping ou la tentative de raviver la flamme d’un mariage. Beaucoup de lecteurs m’ont dit qu’ils vivaient ces problèmes et que les histoires les avaient aidés- et les avaient aussi fait rire », confie Sophie Kinsella. Et puis, un jour, soudain, des révélations. Le passé qui remonte avec un scandale… Les questions surgissent, se bousculent. Le sujet de la confiance. Le sujet tout aussi perturbant : dans un couple, connait-on vraiment, réellement l’autre ? « Je croyais tout savoir sur mon mari et qu’il savait tout de moi », confesse Sylvie. Commentaire de Sophie Kinsella : « Ce que je voulais pointer du doigt, c’est que les couples en apparence parfaits sont dans une forme de déni. Un déni dont l’humour et la communication systématique peuvent venir à bout ». Ecrit sans fioritures et tout placé sous le souci premier d’efficacité, « Surprends-moi ! » sonne d’une belle sincérité, pétille comme une comédie aussi légère que touchante. Qu’on s’en réjouisse ou le regrette, n’empêche ! avec Sophie Kinsella, la « chick lit » a encore de beaux jours devant elle…

Surprends-moi !
Auteur : Sophie Kinsella
Editions : Belfond
Parution : 6 juin 2019
Prix : 20 €

Extrait

Je croyais tout savoir sur mon mari et qu’il savait tout de moi. Je l’ai vu pleurer devant « Là-haut ». Je l’ai entendu crier « Je t’abattrai ! » dans son sommeil en vacances. Il a vu mes petites culottes tremper dans le lavabo (je les lavais : à l’hôtel, les prix de la blanchisserie sont dingues) et sécher sur le porte-serviette. Nous avons toujours été ce genre de couple. Intégré, imbriqué. Nous lisons dans les pensées de l’autre. Nous terminons les phrases de l’autre. Je croyais que nous n’avions plus de surprise l’un pour l’autre. Ce qui prouve que je me trompais.