Pauline

« Le nageur et ses démons » de Gilles Bornais : on plonge dans le grand bain !

Écrit par Serge Bressan Mis à jour : lundi 1 juillet 2019 16:02 Affichages : 1440

BornaisPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / L’histoire peut paraître banale. Un gamin de bientôt 12 ans en banlieue nord-parisienne joue au handball, pratique le judo et est tenté par le rugby. Après un accident de vélo, il doit subir une opération de l’épaule- pour la rééducation, on l’envoie à la piscine. C’est la naissance d’une passion. Une passion au goût de chlore. La soixantaine venue et auteur de polars de toujours bonne facture, Gilles Bornais a changé de genre. De ligne d’eau...et publie, en cet été commençant, « Le nageur et ses démons ». Souvenir : « De mon baptême de nageur de club, je ne me souviens que d’une longue et muette attente sur un banc de bois… » Evocation : « L’immersion propre à ce sport en fait l’exacte allégorie de l’humilité ». En même temps, Bornais a été journaliste, consultant en communication et romancier, nageur émérite, entraîneur et dirigeant de club. A l’entrée de l’adolescence, ce fut pour lui le grand plongeon.

Alors, une passion, cela vaut bien un livre. Un récit sur un sport et ses grands champions- ce qui, en soi, n’a rien d’exceptionnel, on a lu dans le passé de semblables ouvrages, mais « Le nageur et ses démons », c’est avec Gilles Bornais aussi et surtout, comme l’assure l’éditeur, « un parcours de vie personnel et engagé sur ce sport, ses beautés et ses déboires, un chant d’amour et un plaidoyer vibrants pour la nage ! » C’est aussi un autre souvenir, celui d’un gamin de 13 ans qui vient de découvrir la natation et qui a punaisé dans sa chambre un poster de Mark Spitz, l’Américain aux sept médailles d’or aux Jeux olympiques de Munich en 1972. Un gamin de 13 ans qui, bien que dévoré par la passion de la nage, a bien compris qu’il ne sera jamais, lui, champion olympique mais qu’avec cette discipline pas seulement sportive, il y a certes pas la possibilité d’une île mais bien la fréquentation des rives d’un monde nouveau.
Au fil des pages, défilent les questions. Par exemple, première de toutes les questions : pourquoi nage-t-on ? Et puis, une fois dans l’eau, que se passe-t-il dans la tête et le corps du nageur ? Gilles Bornais pose aussi les sujets de la quête de la performance et de la détente… Pour illustrer son propos et sa passion, l’auteur en appelle aux légendes de la natation, de Johnny « Tarzan » Weismuller à Laure Manaudou qui, un jour, confia n’avoir jamais aimé son sport, en passant par Alexander Popov la star du sprint en nage libre et Michael Phelps avec ses vingt-trois médailles d’or olympiques (dont 8 en or à Pékin en 2008)… Héraut de la natation et de la nage, il convoque, pour étayer encore plus son propos, l’Histoire, la littérature, la philosophie et aussi la physiologie, et ne craint pas d’évoquer l’anaérobie alactique, lactique ou encore l’aérobie. Avec ses mots en nage libre ou indienne, en brasse ou papillon, en piscine ou en eau vive, Gilles Bornais signe un essai sportivo-littéraire enthousiasmant. Dans son sillage, on plonge tous dans le grand bain !

Le nageur et ses démons
Auteur : Gilles Bornais
Editions : François Bourin
Parution : 6 juin 2019
Prix : 19 €

 

Voyez ce train de crawleurs fendant la perspective d’un bassin. L’eau déroule les corps dans les murmures d’infimes tempêtes, les bras dessinent la nage ; ni la force ni l’effort n’apparaissent, la mécanique est devenue ballet ; derrière les lunettes, les visages sans regard ont des airs de statues. Le geste efface le nageur ; il le réduit au mouvement qu’il a créé, un élan lisse et bleuté qui confond l’homme et le flot. La propulsion est d’autant plus efficace qu’elle est invisible. Les crawls laborieux toussent et cabotent ; les autres digèrent la matière. L’œil ne sait plus où commence l’eau et où finit la nage. Le sportif semble emporté par un courant qui le mène comme l’air suspend l’oiseau. Il y a l’effet du trompe-l’œil propre aux belles œuvres.

A lire aussi ( du même auteur) : 

Le sang des Highlands : une enquête en bord de lac de Gilles Bornais