Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Mon repas avec Winston : une comédie burlesque où décadences et éclats tracent les lignes du multiple en chacun de nous

Écrit par Victor Waque Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 9 mars 2020 22:21 Affichages : 472

WinstonPar Victor Waqué - Lagrandeparade.com/ Un homme passablement malheureux, alcoolique, que la femme a quitté et qui travaille dans l’assistance automobile cherche un sens à sa vie… Et le trouve dans son héros Winston Churchill.

Pris par son admiration, il mélange progressivement sa triste existence avec celle flamboyante de Winston. Il reprend ses citations, allume un cigare et boit un énième verre, autant pour se rapprocher de son idole que de s’éloigner de ses souffrances. Ce soir, il décide de l’inviter à dîner. Mon repas avec Winston est une comédie burlesque où décadences et éclats tracent les lignes du multiple en chacun de nous.

Le texte écrit par Hervé Le Tellier ne nous fait pas découvrir la vie incroyable de Winston Churchill comme le ferait par exemple le film « Les heures sombres ». Churchill est une porte d’entrée pour illustrer les différentes facettes qui se cachent en chacun de nous. Le personnage sur scène et son partenaire imaginaire Winston Churchill sont ici les deux faces d’une même pièce, l’un étant misérable, malheureux, l’autre étant puissant, lyrique et victorieux. L’homme capable de prodiges autant que de désastres.

En prenant appui sur l’humour et un texte fluide, le personnage exprime sa vie à travers celle de son idole. Il cherche à s’extraire de sa condition en prenant appui sur un ailleurs qui le laisse rêveur. Il trouve de nombreux points communs avec son héros Churchill. Si ce dernier a tant réussi malgré toutes ses difficultés, lui aussi, il peut y arriver ! S’enchaîne alors une séries de situations burlesques qui ne le mènent nulle part. Son travail d’assistant automobile et son alcoolisme, son enfance difficile et son rapport complexe avec les femmes, il veut les dépasser par la force de la volonté ! C’est tout du moins ce qu’il espère en se projetant dans cet imaginaire qui, finalement, le noie plus dans un rêve hors d’atteinte que joue le rôle d'une bouée salvatrice.

En s’appuyant sur des citations grandiloquentes de Churchill et d’autres, nous rions devant autant de naïveté. Vouloir incarner Winston Churchill jusqu’à s’oublier soi même. Se projeter dans des phrases célèbres de ses idoles en oubliant de régler ses problèmes les plus personnels, se remettre de la séparation de sa femme ou respecter son voisinage…Ainsi répète-t-il sans jamais se lasser quelques passages grandioses du poème « Si... » de Kipling : « Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
 Si tu peux être brave et jamais imprudent,
 Si tu sais être bon, si tu sais être sage 
Sans être moral ni pédant »

Mais les mots ne suffisent pas à l’acte…Mon repas avec Winston nous l’illustre bien.

Pour jouer cet homme désabusé, Gilles Cohen, également metteur en scène de la pièce, incarne avec succès le personnage égaré qui cherche par tous les moyens à reprendre pied grâce à son modèle. Grandes tristesses et joies excessives alternent dans son salon parsemé de bouteilles de champagne. L’énergie du comédien est accompagné d’un décor simple et d’un écran qui diffuse des images d’archives de Churchill et de cette époque, un temps résolu que le personnage veut faire revivre.

Mon dîner avec Winston est une comédie. Elle illustre la pluralité des êtres, et l’espoir parfois ravageur d’un ailleurs hors d’atteinte. A voir!

Mon repas avec Winston
Texte : Hervé Le Tellier
Mise en scène et interprétation : Gilles Cohen
Collaboration artistique : François Berland
Assistanat à la mise en scène : Aurélie Delas
Décor : Jean Haas
Lumière : Jean Pascal Pracht
Vidéo : Olivier Roset
Costumes : Cidalia da Costa
Son : Stéphanie Gibert
Avec les voix de : Pierre Aussedat, Aurélie DelasMENTIONS DE PRODUCTION
production Espace des Arts, Scène nationale / Chalon-Sur-Saône, coproduction Théâtre Montansier / Versailles et Théâtre du Rond-Point, coréalisation Théâtre du Rond-Point

Dates et lieux des représentations: 

- Jusqu'au 5 avril 2020 au Théâtre du Rond-Point ( 2Bis Avenue Franklin Delano Roosevelt, 75008 Paris) - Téléphone : 01 44 95 98 00