Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

IBIDEM : l’homme contemporain et l'équilibre complexe entre intermittences et permanences

Écrit par Julie Cadilhac Mis à jour : mardi 11 février 2020 17:00 Affichages : 1824

IbidemPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ «Qu’est-ce qui disparaît, que devrions-nous protéger, qu’avons-nous obtenu et qu’est-ce qui a déjà été perdu ? » Autant de questions que pose IBIDEM, objet théâtral et dansé empreint de poésie, de divers langages qui se mêlent, de sensations vibrantes.

IBIDEM s’est créée à la suite d’entrevues avec des habitants de communes rurale et de résidence artistiques dans des bâtiments abandonnés…et ces heures de travail résonnent de manière palpable dans le souffle authentique qui anime les interprètes et cette impression surprenante de les voir danser dans les courants d’air. IBIDEM aspire à questionner « l’obsession de la société quant à sa propre croissance et évolution, qui vient s’opposer aux sites et paysage qui nous ancrent dans notre patrimoine, tout comme les histoires qui peuvent nous révéler nos possibles futurs. » 

Ici je suis particulier parce que je suis particulièrement de là.

Les mots, issus de multiples langues, le corps, la musique ( une composition en live qui se marie harmonieusement avec cette « méditation » rythmique et physique), sont autant de matériaux exploités pour donner à ces bribes de récits de vies et de sensations anarchiques une unité chorale.
La mise en scène de Kate Hannah Papi est attrayante par sa singularité et sa pertinence. La ruralité ici n’est en effet pas seulement un prétexte thématique, elle s’ancre dans chaque minute de cette chorégraphie théâtralisée aux interprètes engagés.

Un travail d’une très belle sensibilité dont on applaudit l’inventivité, la capacité à éviter la redondance sémantique entre texte et mouvement et la nouveauté. Une parenthèse attrayante, suspendue au souffle inspiré d’une compagnie à suivre de près!

Je ne sais pas trop où ces gens se terminent et où moi je commence.


IBIDEM
Création collective
Mise en scène : Kate Hannah Papi / Cie OBRA
Avec Rachel Alexander, Oliviero Papi, Mélanie Tanneau, Fabian Wixe
Musique : Eilon Morris
Sound design : Loïc Célestin
Régie son : Priscilla Tourreille
Régie lumière : Nicolas Deluc
Création sonore : Kate Papi, Eilon Morris
Spectacle coproduit par le Collectif En Jeux, CIRCA, Pôle National Cirque, Auch Gers Occitanie, le ThéâtredelaCité – Centre Dramatique National Toulouse Occitanie, le Théâtre du Grand Rond et Théâtre Sorano. Ce spectacle reçoit le soutien d’Occitanie en Scène dans le cadre de son accompagnement au Collectif En Jeux.
Avec le soutien financier de la Direction régionale des affaires culturelles Occitanie, de la Région Occitanie et du Département du Gers.
Soutiens pour l’accueil en création : La Grainerie – fabrique des arts du cirque et de l’itinérance, Balma / Toulouse Métropole, CIRCa, Pôle National Cirque, Auch Gers Occitanie, la Maison des Écritures Lombez Occitanie, la ville de Pauilhac et le Centre Culturel Au Brana.

Dates et lieux des représentations:
- 8 février 2020 au Théâtre Jacques Coeur – Lattes (34)