« Vive la vie » : l’utopie aux sources du mouvement

Écrit par Victor Waque Catégorie : Théâtre Mis à jour : mercredi 29 janvier 2020 13:12 Affichages : 661

vive la viePar Victor Waqué - Lagrandeparade.com/ « Vive la vie » est un spectacle plein d’énergie. Il mêle avec originalité musique, danse, cirque et théâtre pour nous transmettre l’importance du mouvement. Un questionnement intéressant traversé par les arts vivants !

 

La compagnie Interface est forte d’une belle diversité. Danseuses. Comédiens. Chanteurs. Jongleur. Le défi était de taille que de mêler ces différents arts sans les dénaturer. Le pari est globalement réussi.
Au service du propos, les arts s’imbriquent et se croisent, chacun exprimant à sa manière une même réponse. De son côté, le théâtre, nous transporte à partir des mots et de sa richesse langagière (accents, intonations), autant que par des postures et des costumes, qui fixent le contexte de l’histoire, à l’instar de ce jeune paysan qui veut rejoindre la ville pour aller travailler à l’usine. Les comédiens nous plongent avec panache dans une époque, tandis que les chants se superposent aux paroles.
Nous découvrons alors la voix magnifique de la mezzo-soprano Florence Alayrac. Son univers onirique et intense, utilise une large gamme de styles, pour le plaisir de nos oreilles. Tous les artistes sur scène se joignent à elle pour la soutenir et faire de la salle de spectacle une création vivante où corps et voix s’entrechoquent. Enfin les danseuses et les comédiens s’engagent à corps perdu dans des chorégraphies qui illustrent le travail des hommes, leurs souffrances et leurs joies, toutes identiques et à la fois chacune uniques.
C’est là que le mélange des spécialités trouvera ses limites, proposant une technique gestuelle assez simple et pas vraiment convaincante, notamment des non - spécialistes sur scène.
Enfin le jongleur, l’âme immaculée de l’histoire, paisible et serein, voit ses balles glisser avec une fluidité parfaite dans le creux de ses mains, comme si l’énergie musicale venait donner vie aux objets.

Cette polyphonie des genres se construit au service d’un récit inter-générationnel. Du XXeme siècle à nos jours, malgré les évolutions culturelles, technologiques et économiques, l’homme a toujours été porté par le même rêve. Celui de s’extirper du fiel qui l’entoure. Pour un avenir meilleur. Ainsi, le jeune actuel cherche à s’extraire d’un capitalisme déshumanisé vers une vie plus proche de la nature. Le jeune de la génération précédente s’engageait dans le progrès technologique...
Dans ces histoires parallèles où tout se répète, l’accent est mis sur l’optimisme. Celui de la vertu des grands rêves, ceux qui transcendent et rendent la vie plus intense. Néanmoins, on remarque que la désillusion est toujours amère lorsque les années ont filé, déplorant un passé plus paisible et un futur que le progrès ne convainc plus.
Dans « Vive la vie » c’est bien la mise en mouvement, la motivation inhérente au rêve visé, qui rend l’homme vivant et rend à la vie toute son intensité. Un message intéressant mais discutable, car si les objectifs peuvent transcender celui qui les vise, il ne doit pas oublier l’enjeu moral et les conséquences sur les autres qu’implique l’utopie.

« Vive la vie », au théâtre de la Gaité-Montparnasse, est un spectacle puissant qui retrace les contours de ce que l’on nomme « l’art vivant ». Hymne à l’énergie de l’homme d’aller de l’avant, il nous invite à nous porter vers un rêve, qu’on espère libérateur, mais aussi responsable !

Vive la vie
De : Thomas Laubacher, André Pignat, Johanna Rittiner Sermier
Mise en scène : Géraldine Lonfat, André Pignat
Avec Sara Dotta, Anaïs Gribaldi, Thomas Laubacher, Xavier Lauilo, Géraldine Lonfat, Paul Patin, Daphné Réa Pellissier, Joseph Viatte

Dates et lieux des représentations: 

- Jusqu'au 30 mars 2020 à la Gaîté Montparnasse (26, rue de la Gaîté 75014 Paris)