Pour mémoire : Alain Genestar sur les lieux de l’horreur avec Simone Veil

Écrit par Serge Bressan Catégorie : (Auto)biographie Mis à jour : samedi 11 août 2018 10:05 Affichages : 1105

GenestarPar Serge Bressan -Lagrandeparade.fr / Longtemps directeur du « Journal du Dimanche » puis de « Paris-Match », Alain Genestar avait fait, avec son épouse, le voyage en décembre 2004 en Allemagne. Et y avait visité le camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, là où pendant la Deuxième Guerre mondiale moururent un million de Juifs et 120 000 autres déportés. Ce camp, là où, avec sa mère et sa sœur, fut détenue Simone Veil. Elle avait tout juste 17 ans. Genestar propose à Simone Veil de retourner, pour un reportage, sur les lieux de l’horreur. Elle accepte- pour deux raisons : parce que le journaliste a fait le voyage auparavant, et parce qu’elle veut y emmener ses deux fils et ses petits-enfants. « Avant de penser à quoi que soit, je suis venue avec eux (petits-enfants) parce qu'ils ont exprimé le désir, l'intérêt de savoir de façon plus précise ce que j'avais vécu, de connaître ce qui, dans mon passé, a été si bouleversant, si tragique, d'une si grande influence », confiera-t-elle. Près de quatorze ans après ce voyage, Alain Genestar a écrit « Pour mémoire », « un petit livre pour que circule un grand témoignage ». A peine quatre-vingt pages, deux parties : le récit pour remettre en perspective cette journée du 22 décembre 2004, l’interview dans son intégralité réalisée le lendemain. Celle qui deviendra ministre à l’origine de la « loi Veil » sur l’avortement en France puis première Présidente du Parlement européen s’y livre avec émotion, sincérité- parfois même, dans ses mots, les larmes se glissent. Morte le 30 juin 2017, « panthéonisée » le 1er juillet 2018, « Simone Veil ne supportait pas les compromis, les tergiversations, les reniements qui sont le propre de la politique », rappelle Alain Genestar. Et encore, et encore, on lit les mots de Simone Veil : « Ne faut-il pas dire, dans le contexte actuel de résurgence des périls extrémistes, non pas "à quoi bon ? ", mais au contraire « tout est bon »". Tout est bon pour réveiller la mémoire et inciter à une impérieuse vigilance »…

Pour mémoire
Auteur : Alain Genestar
Editions : Grasset
Parution : 13 juin 2018
Prix : 10 €