Tenir debout dans la nuit : derrière ce très beau titre, un roman d’une grande force, incontournable !

Écrit par Sylvie Gagnère Catégorie : Les ados Mis à jour : lundi 18 mai 2020 14:23 Affichages : 657

Tenir deboutPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Lalie a 16 ans. Elle a grandi auprès de sa mère, qui s’épuise au travail pour lui offrir un avenir, alors que son père les a abandonnées. New York, c’est un rêve pour elle, presque une illusion. Trop loin, trop cher. Quand son camarade de lycée, Piotr, le fils de bonne (et riche) famille, lui propose de l’y accompagner, elle n’en revient pas de cette chance. Mais le rêve va se changer en cauchemar lorsque l’adolescent exige une contrepartie qu’elle se refuse à donner. La voici dans la rue, dans cette ville étrangère, confrontée à tous les dangers. Sa seule obsession ? Rester éveillée. Résister. Rester debout, jusqu’au bout de la nuit…

Roman sur la différence sociale et les rapports de classe qui s’installent entre riches et pauvres, entre garçons et filles, roman sur le consentement, le respect et en particulier le respect sexuel, Tenir debout dans la nuit est un coup de poing en plein cœur.

Dès les premières lignes, le ton est donné, Lalie expose sa colère, contre ce garçon, contre elle qui a fait sienne la domination masculine, contre la société tout entière où il vaut mieux être un homme qu’une femme. Piotr a tenté de la violer, elle se retrouve seule dans la nuit New Yorkaise, sans téléphone, sans argent, avec son anglais balbutiant, un recueil de poésie de Raymond Carver et son appareil photo dans la poche.

Éric Pessan raconte, avec une sobriété et une justesse remarquable, cette nuit d’errance, ponctuée de flash-back. On entre dans la peau de Lalie, littéralement, on sent la peur, le souffle qui se coupe, le corps qui s’efface, tandis qu’elle passe de la sidération à la honte et au dégoût, de la colère contre elle-même à celle contre son agresseur. Du refus de mettre des mots sur ce qu’elle a vécu à l’acceptation des mots « tentative de viol ».

Lalie avance dans la nuit, fixe avec ses photos toutes ces heures où son unique but est de tenir, coûte que coûte tenir, et ne pas revenir vers celui qui l’a attaquée. De rencontres dangereuses en solidarité inattendue, l’aventure de Lalie laisse entrevoir la beauté là où la laideur semblait avoir tout envahi.

Les flash-back décrivent avec une incroyable justesse le quotidien de Lalie, et de ces jeunes filles qui commencent leur vie de femme avec le poids de certains regards masculins, trop insistants, qui les poussent à rétrécir, s’invisibiliser pour les fuir. Et lorsque la domination de classe s’ajoute à la domination masculine, il est bien difficile d’y échapper.

Aucun pathos dans ce roman, mais une sensibilité et une émotion à fleur de peau, entre colère et résilience. Éric Pessan réussit l’exploit de traiter un sujet dur et complexe, en se plaçant, en nous plaçant à hauteur d’adolescente, dans la peau, la tête et le cœur de cette jeune fille.

Tenir debout dans la nuit (quel beau titre !) est à mettre entre toutes les mains, des jeunes comme des adultes, des garçons comme des filles, tant ce dont il parle est fondamental et la manière de le faire, formidablement juste !

Tenir debout dans la nuit 
Auteur : Éric Pessan
Éditions : École des Loisirs
Collection : Médium +
Parution : 4 mars 2020
Prix : 13,00 €
Roman, à partir de 13 ans