Menu

Les bleus étaient verts : l’amère chronique d’un appelé en Algérie !

  • Écrit par Félix Brun

jaspardPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ 1961, St Etienne. Max a vingt ans : sa seule certitude c’est qu’il ne sera pas mineur…entre son père « gueule noire » et militant communiste, les crassiers, le lycée, Monique sa fiancée, Ali qu’il croisait tous les matins dans le car…20 ans et mobilisé, alors autant préférer l’Afrique du nord, "il pensait qu’au moins en Algérie il y avait le soleil, la lumière, la mer". Max va devenir gradé presque malgré lui… "L’armée se trouve fort démunie pour remplacer les officiers de réserve démobilisés. Elle se rabattit sur des peu ou pas diplômés, formant avec dédain « promotions des plombiers-zingueurs »". Max dans l’indolence et l’oisiveté d’un poste de surveillance à la frontière tunisienne, va tomber sous le charme de cette Algérie aux paysages luminescents et envoûtants, et de Leila jeune berbère ensorcelante et d’une beauté pure… ! Comment Max va vivre la fin de ce conflit qui n’est pas une guerre ? Comment Max va admettre et accepter cette jeunesse algérienne assoiffée de démocratie et de liberté : "Ils parlent politique, l’Algérie de demain sera socialiste, tous les algériens seront égaux, hommes et femmes auront les mêmes droits, les enfants, tous les enfants, même les filles, iront à l’école, avec des chaussures, le vin échauffe les esprits, les utopies s’enflamment, à l’université on formera des docteurs, la santé sera gratuite, les terres des colons seront distribuées aux paysans, avec l’argent du pétrole on construira des routes des chemins de fer, des hôpitaux, le pays sera laïc". Comment Max va comprendre sa fuite, encaisser son retour en métropole dans cette France où "Quand t’es pas Arabe, tout va bien dans ce pays"?

Un roman d’une rare puissance, la période d’un appelé du contingent qui raconte ce que les livres d’histoire ne disent pas. Alain Jaspard,à travers Max, décline des anecdotes succulentes, les destins croisés avec Ali, avec Leila. Une chronique acide d’un conflit inutile, ponctué d’horreurs et de massacres dont celui d’Oran en juillet 1962. Un témoignage puissant et une reconnaissance pour ces jeunes soldats qui ont laissé leur peau… "Même pas morts pour la patrie, en Algérie l’armée ne défendait pas la patrie, elle empêchait les Algériens d’en avoir une."  Un très beau roman transpirant de vérité et d’authenticité. Un livre qu’on ne lâche pas jusqu’au point final. L’écriture et le langage sont simples, originaux et appropriés à ce récit particulier. Un grand moment de lecture pour cette rentrée littéraire.

Les bleus étaient verts
Auteur : Alain Jaspard
Editions : Héloïse d’Ormesson
Date de parution : 20 août 2020
Prix : 17€


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal