Menu

L’interdépendance – tome 2, Les flammes de l’empire : humour, rythme, personnages formidables, pour l’aventure ou pour la critique sociale et politique, une suite très réussie !

  • Écrit par Sylvie Gagnère

scalziPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Pour le contexte, nous vous invitons à consulter la critique du tome 1, que vous trouverez sur ce site. Sinon, pas de panique, l’auteur prend soin de le rappeler, avant d’entrer dans le vif du sujet. Un premier flux vient de s’effondrer, d’autres suivront. C’est en tout cas ce que Marce Clarement, spécialiste de la question et ami de Cardénia, devenue Emperox sous le nom de Griselda II, s’évertue à faire comprendre à des savants obtus qui ergotent et des représentants de grandes maisons commerciales qui comptent bien découvrir le moyen d’en profiter. La jeune Emperox a t-elle les épaules pour gérer la situation ? Elle entend bien prouver que oui. Et si des courants de flux s’effondrent, il semble que de nouveaux apparaissent. Une expédition de reconnaissance s’impose, conduite par Claremont. De stupéfiantes révélations sur l’histoire de l’humanité d’avant l’Interdépendance seront au bout du voyage.

Les intrigues, manipulations, trahisons vont toujours bon train dans ce deuxième tome, mené de main de maître. La majorité des protagonistes refuse de voir au-delà de son propre intérêt, quitte à précipiter l’univers entier dans la catastrophe. Griselda II va devoir convaincre le Parlement, l’Église et les grandes maisons, non seulement qu’il faut évoluer, et vite, pour limiter les désastreuses conséquences de l’effondrement des flux, mais en outre qu’elle est la plus à même de diriger cette action. Passe encore qu’elle ne soit qu’une femme, jeune de surcroît, mais quand elle se met à avoir des visions mystiques, à l’instar de la fondatrice de l’Interdépendance, c’est le chaos total. Son ennemi juré, la digne famille Nohamapetan intrigue à tout va pour la renverser et l’Église tergiverse. Mais Griselda peut compter sur l’appui de ses fidèles alliés, au premier rang desquels Marce Claremont, et surtout Kiva Lagos, un personnage libre, intelligente et sans tabou, qui mène sa vie comme elle l’entend, n’en déplaise aux mauvais coucheurs !

La patte Scalzi est là, faite de légèreté, d’humour, de rythme trépidant mais aussi d’intelligence. Ce volume est clairement un tome de transition, avant un final que l’on devine flamboyant. Si certains personnages ou certaines intrigues avancent peu, Scalzi maintient en haleine le lecteur en distillant les informations sur le passé de cet univers-là. Il en profite pour semer quelques pistes bien alléchantes pour la suite.

Les flammes de l’Empire peut se lire comme un space opera bourré de péripéties et d’humour (ce qu’il est), mais également comme une critique acerbe de la manière dont les classes politiques et économiques de notre bonne vieille Terre gèrent le changement climatique inévitable et la façon d’y faire face : le bien du plus grand nombre vs l’intérêt de quelques puissants.

On attend avec impatience la fin de cette formidable aventure !

L’interdépendance – tome 2, Les flammes de l’empire
Auteur : John Scalzi
Éditions : L’Atalante
Collection : la Dentelle du Cygne
Parution : 27 février 2020
Prix : 21,90 €

 


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal