Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Les tisseurs de monde – Anthologie : un très beau thème, illustré avec brio par des auteurices au talent indéniable

Écrit par Sylvie Gagnère Catégorie : Science Fiction & Fantasy Mis à jour : dimanche 24 mai 2020 08:08 Affichages : 561

les tisseursPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Tisser, renforcer la structure des sociétés, proposer des architectures subtiles et essentielles pour créer les nœuds qui maintiennent les communautés. Qui sont ceux qui œuvrent ainsi à façonner le monde, pour le meilleur ou pour le pire ? Humains, robots ou extraterrestres, ils contribuent à modeler les univers…  

Treize auteurs francophones ont planché sur ces questions, entre anticipation réaliste, projection dystopique et fable humoristique.

Cette anthologie n’est pas une nouveauté, mais son excellent niveau nous a donné envie d’en parler aujourd’hui. Certaines nouvelles nous ont particulièrement touchés, émus, amusés, étonnés, en voici une courte présentation.

Chante, otage de Loïc Daverat : une pochade très drôle, à la chute réussie, qui écorne le mythe d’Achille avec jubilation et propose une biographie d’Homère pur le moins originale.

Le moins pire des mondes de Bruno Pochesci : une utopie à base de sexe et de laisser-faire, avec ce côté délicieusement anar qu’on aime chez l’auteur - parce qu’on ne fait pas le bonheur des autres contre leur gré. Ponctuée d’une morale philosophico-drolatique, c’est très agréable à lire.

Diogène, agent intersidéral de Stéphane Dovert : un texte émouvant sur la puissance de l’imagination qui permet à un vieux clochard de vivre des aventures incroyables. À moins que ? Beaucoup d’émotion dans un récit à la construction impeccable.

Ceux qui vinrent frapper à ma porte de Jean-Yves Carlen : une très belle variation sur le thème de l’exil, de la solidarité et du rôle de la culture. La chute est particulièrement soignée.

Chaos organisé de Sophie Fedy : quand tout est parfaitement orchestré, l’ennui guette. Quoi de mieux qu’un organisateur de chaos pour faire d’un monde parfaitement organisé, un monde parfait tout court ? Drôle et bien amené, une lecture très agréable.

La rubrique bleue d’A.R. Morency : un brin de nostalgie pour cette nouvelle en hommage aux journalistes et à la rubrique « courrier du cœur » des magazines. La conclusion est savoureuse. 

Le procès de Dieu de Tesha Garisaki : quand une femme décide que maintenant ça suffit, les « dieux » et les hommes à l’ambition démesurée, et qu’un peu de liberté ferait du bien à tout le monde, cela donne un texte quelque peu iconoclaste et très sympathique à la chute délicieuse !

Le livre des prodiges de Jean Bury : dans une ville à l’agonie, les passeurs espèrent que dehors, derrière la monstrueuse barrière, au cœur de la forêt, une nouvelle société est en train de se construire. Un récit d’une grande poésie, où affleure la tendresse.

Les tisseurs de monde – Anthologie 
Anthologiste : Sylvain Lamur
Illustration de couverture : Vincent Biwer
Auteurices : Olivier Boile, Jean Bury, Jean-Yves Carlen, Loïc Daverat, Stéphane Dovert, Sophie Fedy, Tesha Garisaki, Tarik Kellou, Sylvain Lamur, A.R. Morency, Bruno Pochesci, Xavier Portebois et Franck Stevens  
Éditions : Arkuiris
Parution : octobre 2018
Prix : 18 € (papier) 1,99 € (kindle)