Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Pour en finir : immersion dans la folie

Écrit par Victor Waque Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 24 février 2020 22:52 Affichages : 1481

pour en finir Par Victor Waqué - Lagrandeparade.com/ Le lavoir moderne parisien accueille la compagnie « Le théâtre de l’Eclat » pour sa pièce « Pour en finir. ». Elle retrace de l’intérieur, une partie de l’histoire d’Antonin Artaud, artiste génial et touche à tout du milieu du 20eme siècle. Pétri de troubles psychiatriques à la fin de sa vie, on lui demande d’enregistrer une émission de radio, dans l’attente mi-curieuse mi-malsaine de voir ce qu’il en résultera. Une pièce violente, immersive qui met en avant la souffrance d’un homme malade.

Nous découvrons Antonin Artaud dans sa chambre, à demi-nu, voûté et hagard, les yeux injectés de sang, les membres crispés. Son infirmière lui rend visite. De ces rencontres journalières laissent apparaître tout le mal-être et l’instabilité de l’artiste. Il s’en prend aux américains à travers des théories paranoïaques. Se méfie des pigeons espions. Agresse son interlocutrice autant par les mots que par les gestes. Mais s’il est violent envers les autres, les vraies meurtrissures sont à l’intérieur, dans sa détresse et son épuisement mental.

Une fatigue magnifiquement transmise par cette scène intimiste où spectateurs et comédiens sont côte à côte. Antonin Artaud s’en prend à eux aussi. Il les frôle, les interpelle, les frôle, les invective avec puissance. On a peur, pris par ces émotions volcaniques qu’on nous vomit.

L’interprète Florian Pâque, qui est également le créateur de la pièce, joue à merveille cette violente folie schizophrène. Cris à gorge déployée. Crachats. Convulsions au sol. Un jeu d’acteur puissant et fin où se lit toute la détresse d’un personnage.
Tiphaine Canal - qui joue le rôle plus en retrait de l’infirmière - est juste, dans sa pleine empathie, attendrie par cet homme si fragile et à la fois si émouvant qui la pousse dans ses retranchements.

Mais c’est bien Antonin Artaud qui est au centre du spectacle, qu’on découvre dans toutes ses aspérités, bien décidé à développer une émission de radio révolutionnaire. Les moments de lucidité laissent vite place à la folie. Les paroles profondes sont vite bousculées par l’absurde et la violence. L’émission se construit doucement dans un désordre sûr, à l’image de ces centaines de feuilles de brouillon froissées qui parsèment la scène, ces allers et venues du comédien qui oscille du micro aux feuilles froissées, du délire au partage. Nous sommes dans la chambre de l’artiste autant que dans sa tête.

« Pour en finir. » est un spectacle dérangeant où la puissance d’un artiste meurtri par l’existence laisse toute sa sensibilité, son talent et sa peine transparaître face à cette rencontre, où l’amour n’est jamais loin de la haine, le génie de la folie.

Pour en finir

Auteur : Antonin Artaud (Pour en finir avec le jugement de Dieu) et Florian Pâque (textes additionnels)
Mise en scène : Florian Pâque
Avec Tiphaine Canal, Florian Pâque, Sélène Assaf
Assistante : Sanda Bourenane
Scénographie : Florian Pâque
Costumes : Sanda Bourenane
Accessoires : Florian Pâque
Régie : Sélène Assaf

Dates et lieux des représentations: 

- Du 18 au 20 février 2020 au Lavoir Moderne Parisien