Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

« Le Pays des autres » de Leïla Slimani : amour et guerre…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans français Mis à jour : dimanche 15 mars 2020 15:34 Affichages : 1306

leilaPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / En ouverture, deux citations. La première, d’Edouard Glissant dans « L’Intention politique » : « La damnation de ce mot : métissage, inscrivons-le en énorme sur la page ». La seconde, de William Faulkner dans « Lumière d’août » : « Son sang ne voulait pas se taire, ne voulait pas être sauvé, ne voulait ni l’un ni l’autre ni laisser le corps se sauver lui-même. Son sang noir le poussa d’abord vers la case de nègre puis son sang blanc l’en fit sortir… » A 38 ans, Leïla Slimani ouvre ainsi son troisième roman, « Le Pays des autres », après « Dans le Jardin de l’ogre » (2014) et « Chanson douce » (2016, prix Goncourt). Ce « Pays des autres », annonce-t-elle, est le premier tome d’une trilogie qui court de 1940 à aujourd’hui et sous-titré « La guerre, la guerre, la guerre ». Personnages principaux : les grands-parents de la narratrice, Mathilde l’Alsacienne et Amine Belhaj le Marocain. Début de l’histoire : en 1944, pendant la Deuxième Guerre mondiale, des soldats français viennent en Alsace, parmi lesquels Amine le spahi. Mathilde et Amine se rencontrent, se plaisent. Vont vivre ensemble, partent au Maroc « faire fructifier » les terres de la ferme qu’Amine a reçue de son père. On lit : « La première fois que Mathilde visita la ferme, elle pensa : « C’est trop loin ». Un tel isolement l’inquiétait. A l’époque, en 1947, ils ne possédaient pas de voiture et ils avaient parcouru les vingt-cinq kilomètres qui les séparaient de Meknès sur une vieille trotteuse, conduite par un Gitan. Amine ne prêtait pas attention à l’inconfort du banc en bois ni à la poussière qui faisait tousser sa femme. Il n’avait d’yeux que pour le paysage et il se montrait impatient d’arriver sur les terres que son père lui avait confiées ». 

Paru le 5 mars dernier, tiré à 120 000 exemples, « Le Pays des autres » s’est retrouvé à la première place des ventes dès la première semaine de mise en place. Moins de sept jours après la sortie, l’éditeur a décidé de deux tirages supplémentaires- ce qui, à ce jour, porte le total d’exemplaires mis en librairie à 180 000. C’est le phénomène Slimani. Et pas seulement, assure-t-on dans le petit monde parisiano-littéraire, parce que l’auteure a grandement occupé les médias avant même la sortie de ce « Pays des autres ». « C’est une personne cash, elle dit ce qu’elle pense mais le plus souvent avec le sourire », confie une critique littéraire parisienne influente. Une autre confie : « Leïla Slimani est une écrivaine avec un petit supplément d’être. Elle dégage une lumière très singulière ». Son éditeur chez Gallimard, Jean-Marie Laclavetine, ajoute : « Elle s’est imposée dans le paysage de façon naturelle. Elle concentre en elle-même beaucoup d’éléments dont elle est tout à fait consciente même si elle ne les a pas suscités. Il se trouve que oui, elle est jeune, dynamique, belle, intelligente. Elle est franco-marocaine. Elle a en elle quelque chose qui pacifie toutes les interrogations qu’on peut avoir dans le présent de notre société. Elle incarne quelque chose d’aimable ». Le président de la République française, Emmanuel Macron, avait songé à la romancière pour la charge de ministre de la Culture et de la Communication et l’a finalement nommée représentante de la Francophonie dans le monde- « ce qui ne m’empêche pas de dire au Président ce que je pense », glisse-t-elle…
Elle, la romancière qui n’hésite pas à s’attaquer au tabou de la sexualité dans son pays natal avec un texte-choc, « Sexe et Mensonges : La Vie sexuelle au Maroc », paru en 2017. « Elle n’est pas très aimée ici au Maroc par les islamistes bien sûr et les conservateurs. Son livre a été un coup de poing dans l’hypocrisie sociale », commente Tahar Ben Jelloun, romancier, poète, peintre et membre de l’Académie Goncourt. Une de ses consoeurs écrivaines assure : « Elle est inoxydable »… « Tout cela, confie Leïla Slimani, je le dois à ma grand-mère », et d’ajouter : « Mes grands-parents étaient des personnages romanesques ». Ils ont grandement inspiré « Le Pays des autres ». Ce pays où Amine tente de faire fructifier des terres aussi ingrates que rocailleuses, où Mathilde va connaître, avec ses deux enfants, la solitude et l’isolement, le manque d’argent et aussi la méfiance parce qu’elle est étrangère… Le « couple mixte » aura-t-il avoir raison d’une société figée, alors, dans ses croyances et traditions ? Le premier volet de ce « Pays des autres » court sur dix années marquées des tensions et des violences, pour se terminer en 1956 et l’indépendance de l’ancien protectorat français. Première partie d’une grande fresque toute en humanité et justesse, ce roman enthousiasmant est empli de personnages qui, tous, vivent dans « le pays des autres ». Un roman nourri de l’amour et de la guerre…

Le Pays des autres
Auteur : Leïla Slimani
Editions : Gallimard
Parution : 5 mars 2020
Prix : 20 €

En ce début des années 1950, la fièvre nationaliste s’était levée et les colons étaient l’objet d’une haine farouche. Il y avait eu des enlèvements, des attentats, des fermes avaient été incendiées. Les colons eux aussi s’étaient réunis en groupes de défense et Amine savait que leur voisin, Roger Mariani, en faisait partie. « La nature ne s’occupe pas de politique », dit-il un jour à Mathilde pour justifier la visite qu’il comptait rendre à son sulfureux voisin. Il voulait comprendre à quoi Mariani devait son éclatante prospérité…