Pauline

"Incident au fond de la galaxie" d’Etgar Keret : des nouvelles de l’absurde…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : mercredi 6 mai 2020 09:24 Affichages : 1177

galaxiePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Il y eut, voilà quelques années, une confidence pour aveu : « Nés Polonais, rescapés de la Shoah, mes parents m’ont transmis le sentiment que rien n’est jamais acquis, que l’endroit où je vis peut se transformer complètement à la nuit tombée. Déjà, enfant, je sentais que l’univers regorgeait d’innombrables façons de me surprendre et, pour y être mieux préparé que mes parents, j’imaginais sans cesse ce qui pouvait advenir. Cet entraînement apparemment vain, mais quelque part salutaire, a marqué mes premiers pas dans la fiction et je pense qu’il se ressent encore aujourd’hui dans mes histoires ». Et de rappeler qu’il est né à Tel-Aviv en 1967. Ecrivain- et aussi cinéaste (Caméra d’or au Festival de Cannes en 2007 pour « Les Méduses » ou encore co-réalisateur de la série télé « L’agent immobilier »), Etgar Keret s’est glissé à nouveau dans le monde des livres avec un enthousiasmant recueil de nouvelles joliment titré « Incident au fond de la galaxie ». Des nouvelles de l’absurde avec un recueil de vingt-deux nouvelles, un délice offert par cet écrivain surnommé « le Groucho Marx du mur des Lamentations » ou encore « le Buster Keaton de la Knesset » !

En 2014 avec « 7 années de bonheur »- texte pétillant en forme d’autobiographie (réelle ou fictionnée ?)-, habitant dans une région en guerre depuis des lustres, Keret assure qu’entre deux alertes à la bombe, on peut goûter la vie qui continue sous l’orage et le rire qui se révèle arme contre les armes. Avec cet écrivain, c’est encore et encore « Vive la catastrophe » ! Une thématique qu’il reprend dans « Incident au fond de la galaxie »- vingt-deux nouvelles pour une thérapie contre, entre autres, l’inquiétude. Vingt-deux nouvelles qui font d’Etgar Keret l’un des meilleurs auteurs de micro-fictions du moment… En ouverture, on se retrouve dans un cirque, c’est « L’avant-dernière qu’on m’a tiré d’un canon ». Voici donc un employé préposé au nettoyage des cages des animaux, il a accepté de remplacer un soir l’homme-canon et d’être ainsi envoyé dans le ciel comme un boulet de canon. On lit : « L’avant-dernière fois qu’on m’a tiré d’un canon c’est quand Odélia m’a quitté avec le petit. A l’époque, je nettoyais les cages d’un cirque roumain qui venait d’arriver en ville. Les cages des lions, je les ai finies en une demi-heure, celle des ours aussi, mais les éléphants c’était un vrai cauchemar. J’avais mal au dos et le monde entier sentait la merde. Ma vie était un désastre et l’odeur de merde lui allait bien. J’ai fini par sentir qu’il me fallait une pause. Je me suis trouvé un coin hors de la cage et me suis roulé une cigarette. Je n’ai même pas pris la peine de me laver les mains… » Evidemment, il n’a plus qu’une seule envie : repartir encore et encore au ciel. Tout Keret est dans cette première nouvelle du recueil- tout en humour, poésie et désespoir. Ce qu’on retrouve dans « Ne fais pas ça » avec ce père qui se promène avec son petit garçon : un homme se jette du toit d’un immeuble, le père tente de l’en empêcher, le petit garçon est persuadé que l’homme désespéré est un de ces super-héros sortis tout droit d’un comics…
Humour, poésie et désespoir qu’on retrouve aussi dans « Bon anniversaire tous les jours ». Ouverture : « Il était une fois un homme riche. Très riche. Certains diraient trop riche. Il y a longtemps, il inventa quelque chose ou déroba une invention à quelqu’un. C’était il y a si longtemps que lui-même ne s’en souvenait pas. Cette invention fut vendue à un prix exorbitant à une énorme multinationale. Et l’homme investit dans des terrains et de l’eau tout l’argent qu’il avait reçu… » Sur les terrains, il fait construire des maisonnettes, il les vend « à des gens qui rêvaient de murs et d’un toit ». Il met l’eau en bouteille, la vend « à ceux qui avaient soif. Après avoir fini de tout vendre à des prix excessifs, il se retira dans son immense et belle maison en se demandant ce qu’il ferait de tout cet argent… » Au hasard d’autres micro-fictions, on va rencontrer un jeune pensionnaire d’un orphelinat pour le moins étrange qui va apprendre qu’il est un clone d’Adolf Hitler créé pour venger les victimes de la Shoah ; un accidenté de la route qui perd la mémoire, qui se retrouve dans une pièce virtuelle avec une femme virtuelle (à moins que ce ne soit l’inverse, glisse l’auteur !)… Héritier de Kafka et Marx (Groucho, pas l’autre !), cousin de Salman Rushdie ou Kurt Vonnegut, Etgar Keret joue avec les clowns et les clones, le virtuel et le fantastique. Ce qui, par une pirouette technico-littéraire, l’a amené à glisser entre quelques-unes des nouvelles un échange par mails entre Michael Warshawski et Sefi Moreh- Michael propose à Sefi de venir avec sa mère dans l’escape room qu’il dirige. Problème : ladite pièce sera fermée à la date retenue, « à cause du jour de la Shoah », férié en Israël. Michaël précise qu’évidemment, cette date et sa signification, il les connait. Mieux, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il les a retenues : « la recherche d’une activité digne de ce jour terrible et triste ». Et c’est ainsi que, malgré (ou grâce à) un incident au fond de la galaxie, Etgar Keret est grand !

Incident au fond de la galaxie
Auteur : Etgar Keret
Traduit par Rosie Pinhas-Delpuech
Editions : L’Olivier
Parution : 19 mars 2020
Prix : 21,50 €

Extraits:

« L’avant-dernière fois qu’on m’a tiré d’un canon c’est quand Odélia m’a quitté avec le petit. A l’époque, je nettoyais les cages d’un cirque roumain qui venait d’arriver en ville. Les cages des lions, je les ai finies en une demi-heure, celle des ours aussi, mais les éléphants c’était un vrai cauchemar. J’avais mal au dos et le monde entier sentait la merde. Ma vie était un désastre et l’odeur de merde lui allait bien. J’ai fini par sentir qu’il me fallait une pause. Je me suis trouvé un coin hors de la cage et me suis roulé une cigarette. Je n’ai même pas pris la peine de me laver les mains… » (in « L’avant-dernière fois qu’on m’a tiré d’un canon »)

« Il était une fois un homme riche. Très riche. Certains diraient trop riche. Il y a longtemps, il inventa quelque chose ou déroba une invention à quelqu’un. C’était il y a si longtemps que lui-même ne s’en souvenait pas. Cette invention fut vendue à un prix exorbitant à une énorme multinationale. Et l’homme investit dans des terrains et de l’eau tout l’argent qu’il avait reçu. Sur les terrains, il fit construire des petites cellules de béton qu’il vendit à des gens qui rêvaient de murs et d’un toit. Quant à l’eau, il la mit en bouteille pour la vendre à ceux qui avaient soif. Après avoir fini de tout vendre à des prix excessifs, il se retira dans son immense et belle maison en se demandant ce qu’il ferait de tout cet argent… » (in « Bon anniversaire tous les jours »)

A la télé

« L’agent immobilier », mini-série télé réalisée par Etgar Keret et Shira Geffen.
Avec Mathieu Amalric, Eddy Mitchell, Nicole Shirer, Sarah Adler, Ixyane Lété, Michelangelo Marchese.
Les quatre épisodes diffusés jeudi 7 mai 2020 sur Arte à 20h55. Et sur Arte.tv jusqu’au 5 juin 2020.

Le lien pour voir la série ICI