Pauline

Amir Reza Koohestani : "Traiter de la politique telle que la présentent les médias serait gaspiller la possibilité que nous donne le théâtre."

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Théâtre Mis à jour : mercredi 29 janvier 2020 15:07 Affichages : 711

summerlessPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Une directrice d'école fait rafraîchir les locaux de son établissement pour justifier la hausse du tarif des inscriptions. Un peintre a la charge de recouvrir les slogans et maximes révolutionnaires qui ornent les murs de la cour depuis plus de vingt ans pour les remplacer par des peintures plus actuelles.

Après le blanchiment des murs, le peintre a deux mois pour terminer son ouvrage. Le travail tire cependant en longueur, l’argent manque et le peintre prend son temps. Chaque jour, une heure avant la sortie de l’école, une mère vient s’asseoir sur le tourniquet de la cour, attendant que la cloche sonne et une conversation s’établit entre cette femme et cet homme dont le quotidien est imprégné des réalités de leur pays, l’Iran.
Summerless est le troisième volet d’une trilogie, il « interroge - à l'image des murs de cette école construits comme un palimpseste - l'histoire révolutionnaire d'un pays, où le présent, symptôme d'un passé recouvert, tente d'écrire son histoire. »
Par le truchement de conversations ordinaires, Amir Reza Koohestani dénonce une politique qui place ses sujets sous « haute surveillance ». La tension et l’inquiétude sont traduits dans les attitudes méfiantes et les réactions sensibles des protagonistes qui s’adaptent constamment à la réalité d’un état sous contrôle. La sphère privée est sans cesse menacée par la vie publique qui juge, dénonce et n’autorise pas le moindre écart à une « normalité » définie. D’où des relations sentimentales faussées, une éducation empêchée par les réglementations et des rapports humains troublés par un qui-vive permanent.
Autour de ce tourniquet symbolique, avec l’appui de trois comédiens au jeu pudique mais juste, Amir Reza Koohestani a imaginé une mise en scène efficace et percutante. Les projections vidéos ajoutent beaucoup de poésie et de sens à ce travail qui mérite d’être vu pour la délicatesse et l’intelligence de ses artifices théâtraux...qui expriment, si ce n'est mieux du moins autrement, les stigmates et les douleurs de cette république théocratique islamique.

Summerless
Texte et mise en scène : Amir Reza Koohestani
Avec Mona Ahmadi, Saeid Changizian, Leyli Rashidi et à l’image Juliette Rezai
Scénographie : Shahryar Hatami
Création et régie vidéo : Davoud Sadri et Ali Shirkhodaei
Création lumières : Xavier Lauwers
Création sonore : Ankido Darash
Costumes : Shima Mirhamidi
Assistants à la mise en scène : Mohammad Reza Hosseinzadeh et Mohammad Khaksari
Atelier de construction décor : Kopspel (Anvers)
Traduction française et adaptation surtitrages : Massoumeh Lahidji
Directeurs de production : Mohammad Reza Hosseinzadeh et Pierre Reis
Production : Mehr Theatre Group
Coproduction : Kunstenfestivaldesarts, Festival d’Avignon, Festival delle Colline Torinesi/Fondazione TPE, La Bâtie - Festival de Genève, Künstlerhaus Mousonturm Frankfurt am Main, Théâtre National de Bretagne, Münchner Kammerspiele, La Filature - scène nationale de Mulhouse, Théâtre populaire romand - Centre neuchâtelois des arts vivants / La Chaux-de-Fonds Spectacle présenté avec le soutien de l’ONDA (Office national de diffusion artistique)

Dates et lieux des représentations:
- Du 22 au 24 janvier 2020 à La Vignette - Université Paul-Valéry 3 - Montpellier (Route de Mende 34199 Montpellier cedex 5 ) - Information +33(0)4 67 14 55 98

- Du mer. 29/01/20 au sam. 01/02/20 aux Célestins, Théâtre de Lyon - Tel. +33 (0)4 72 77 40 00

summerless